Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
27.10.05

A. Glucksmann : Khodorkovski prisonnier de la "verticale du pouvoir"

Le philosophe André Gluksmann, l'avocat Patrick Klugman et l'avocat de Mikhail Khodorkovski Iouri Schmidt ont tenu une conférence de presse commune le 27 octobre au "Press-Club de France" à Paris. Au cours de la conférence ils ont annoncé la création d'un Comité de Soutien à Mikhail Khodorkovski.
Nous publions ici le texte inédit de l'intervention d'André Gluksmann.



« Pourquoi soutenir Mikhaïl Khodorkovski ? »
Intervention d’André Glucksmann – 27.10.05


Quand on veut agir, on le peut toujours

Merci à tous. Merci à Yuri Schmidt pour son combat pour la justice et les droits de l’homme. Depuis l’an 2OOO, en Russie, on a effectivement l’impression d’un retour en arrière. Je me souviens : 1978, quand Valéry Giscard d’Estaing recevait Brejnev à l'Elysée, l’opinion s’était émue du sort des enfermés du Goulag. Au théâtre Récamier, la fine fleur du tout Paris intellectuel s’était réunie pour recevoir les dissidents de l’Est tout juste expulsés par le Kremlin. Foucault, Sartre, Aron et moi-même avions mobilisé plus de presse que le chef du Kremlin. Les ruses de Poutine ne doivent pas aveugler, il est possible d’alerter l’opinion contre l’enfermement arbitraire de Mikhail Khodorkovski .

Soutenir Khodorkovski, ce n’est pas soutenir un homme d’affaires…

En France, par tradition, il n’y a pas grande affinité entre les hommes de plume et les hommes d’argent. Mais ne soyons pas naïfs. Et souvenons-nous qu’ après la dissolution de l’Union soviétique, la Banque Mondiale et Bill Clinton, Président des Etats Unis, ont cautionné les privatisations russes qu’Eltsine encourageait au nom de la liberté enfin trouvée alors qu’il s’agissait en vérité du « casse du siècle ». Beaucoup s’enrichirent, non sur le dos du prolétaire qui n’avait jamais connu les bienfaits de la « dictature du prolétariat », mais sur le dos des dirigeants communistes, totalement corrompus, qui avaient raflé le gâteau et le laissaient pourrir.

Mikhaïl Khodorkovski n’est plus le businessman jalousé qui a parfaitement réussi , il est devenu un prisonnier politique.

Tentons de comprendre . La mauvaise grille de lecture serait de croire qu’il y a d’un côté les « pourris », les « oligarques », les affairistes, et de l’autre les Chevaliers blancs du gouvernement russe, qui les combattent, veulent les stopper, et redistribuer au peuple russe des richesses qu’il n’a jamais possédé. Poutine n’est pas Saint-Just, ni Robespierre, ce n’est pas le vertueux qui nettoie les écuries d’Augias. Il a au cours de sa carrière participé à la gestion d’affaires juteuses, à la mairie de Saint Petersbourg, comme à l’administration du Kremlin. Il a couvert les prévarications de la « famille » Eltsine. Et c’est, entre autres méfaits, grâce à ce travail de dissimulation qu’il a été choisi pour diriger la Russie.

En réalité, Moscou c’est le « Chicago » d’Al Capone en 2OO5, c’est la jungle. Les autorités russes ne souhaitent pas supprimer les « oligarques », mais sélectionner les « bons », c’est-à-dire ceux qui obéissent, et supprimer les « mauvais », prendre leur richesse et la distribuer aux copains. Croire que le combat contre les oligarques remet en question le libéralisme, au nom de la défense du plus grand nombre, est une idée de crétin . C’est l’illusion de ceux qui n’ont pas les yeux en face des trous. La Russie est une terre de corruption, où malgré un sous-sol fabuleux,50% de la population vit au dessous du seuil de pauvreté, poussés à disparaître. Le pouvoir s’en moque et ne veut rien changer à cet état de fait. Mikhail Khodorkovski avait tenté d’offrir à ses innombrables employés. les meilleures conditions de travail de Russie. Mal lui en a voulu.


…Soutenir Khodorkovski, c’est soutenir un prisonnier politique

Mikhaïl Khodorkovski est un prisonnier politique, et le prisonnier d’une certaine politique, la « verticale du pouvoir ».

A trois titres Mikhaïl Khodorkovski gêne la verticale du pouvoir:

1. Mikhaïl Khodorkovski a remis en cause la verticale médiatique du pouvoir, lorsqu’il a entrepris des activités humanitaires, avec sa fondation Russie ouverte.
2. Mikhaïl Khodorkovski a contrecarré la verticale politique du pouvoir. Le parti du Kremlin « Notre Russie » doit être sans opposants puissants . Or Mikhaïl Khodorkovski a soutenu les partis libéraux et commençait à les financer.
3. Mikhaïl Khodorkovski a perturbé la verticale économique du pouvoir, sur le plan intérieur et extérieur. Depuis quatre ans le gouvernement russe procède à une « restructuration » de l’économie intérieure. Elle vise à concentrer autour d’une seule entreprise chacun des secteurs payants de l’économie. Les grands exemples sont Gazprom, pour le gaz, et Rosneft (et peut-être bientôt Gazprom ?) pour le pétrole. La même concentration a lieu dans le secteur aéronautique et pour l’exploitation du nickel. On évoque le capitalisme monopolistique d’état. Cette reprise en main se fait au bénéfice de la clique gouvernante, Poutine redistribue l’économie à ses amis du KGB. Mikhaïl Khodorkovski gênait.

Enfin, Il y a également un autre enjeu et pas des moindres, celui de la grande politique russe mondiale. Quand l’Ukraine s’est libérée de sa tutelle, la Russie lui a adressé une menace claire, celle de multiplier par trois les prix du pétrole. Quand la Pologne et les Etats baltes (membres de l’UE) ont rechigné, il y a eu la signature du pacte Schröder/Poutine sur le pipeline germano-russe, qui contourne justement l’Ukraine, la Pologne et les états baltes pour les punir de leur indépendance. Dans les pays d’Europe centrale(« Pacte de Varsovie » obligeait) 90% de l’énergie vient de Russie. Lorsque l’Ukraine œuvre au projet d’un gazoduc avec le Turkestan, la Russie s’arrange pour que ce gazoduc contienne du gaz russe. L’ambition russe est de mettre en place une sorte de prêt-bail à l’envers. Il y a 60 ans, on expédiait des marchandises depuis les Etats-Unis jusqu’à la Russie. Aujourd’hui, l’objectif est d’envoyer du gaz vers la côte américaine à partir de Mourmansk. La Russie a les moyens de faire chanter l’Occident.
Cette « grande » politique supposait la dislocation de Ioukos. L’entreprise n’était pas un vecteur soumis, son patron n’était pas aux ordres du Kremlin. Mikhaïl Khodorkovski bloquait les autorités russes dans le rapt de l’ensemble des ressources pétrolières, qui vise à accroître la dépendance de l’occident à leur égard. A l’inverse de Ioukos, Gazprom est l’arme rêvée pour le rétablissement de la Russie comme puissance mondiale.

Mikhaïl Khodorkovski était un obstacle en politique intérieure, en économie intérieure et en politique économique mondiale. Aujourd’hui, il sert d’exemple, comme la Tchétchénie sert d’exemple pour le peuple russe. La guerre de Tchétchénie et Grozny rasé sont des arguments pédagogiques destinés à tout citoyen de la Fédération : « Voilà ce qu’il advient des peuples épris de liberté ! ». L’emprisonnement de Mikhaïl Khodorkovski est un argument pédagogique destiné à l’élite : « obéissez, sinon vous connaîtrez le sort de Khodorkovski !». Le message est de la même eau. Toute la mise en scène prouve qu’ il est prisonnier de la « verticale du pouvoir». La mise en croix symbolique de Mikhaïl Khodorkovski est une démonstration de force de Poutine.

Mikhaïl Khodorkovski, un nouveau Sakharov ?

Mikhaïl Khodorkovski n’a pas fui les foudres du Kremlin. Il a choisi de rester et de lutter. On sous-estime le personnage et l’importance qu’il peut avoir dans son pays. Pour comprendre, il faut se référer à Sakharov. La comparaison n’est pas inutile. Je me souviens d’une remarque d’Elena Bonner, sa veuve et mon amie, commentant une rencontre au Kremlin où étaient conviés autour de Poutine les oligarques les plus puissants. Elle me dit : « quand apparut Khodorkovski, j’ai pensé, celui-là est trop intelligent et décontracté, à la fois courageux – et inconscient, il va le payer».
Mikhaïl Khodorkovski n’est certainement pas tout blanc. Sakharov non plus n’était pas tout blanc, ne l’oubliez pas, il est un des pères de la bombe H soviétique. Sakharov a évolué, il a pris conscience de l’oppression et de la servitude, il s’est opposé à la dictature rouge. Tout comme Khodorkovski, patron parmi les patrons, a évolué et s’est dressé contre le retour de l’autocratie. Beaucoup de Russes me l’ont dit : il était riche, de ce fait pas aimé de la population, mais en Russie si tu vas au bagne et si tu ne plies pas, une sorte de purification s’opère à ton égard dans l’opinion russe. Mikhaïl Khodorkovski incarne une résistance au pouvoir central. Il est pas seulement un prisonnier politique, il est devenu un homme politique d’opposition.
25.10.05

Le Monde : L'ex-oligarque Khodorkovski a été transféré dans une prison de Sibérie

Depuis dix jours, la presse russe se perdait en conjectures : où pouvait bien avoir été emmené Mikhaïl Khodorkovski, 42 ans, l'ex-patron de la grande compagnie pétrolière Ioukos condamné par la justice russe à huit ans de prison pour fraude fiscale et escroquerie, depuis son transfert de sa cellule moscovite vers un lieu inconnu ? Vers l'Oural ? La Volga ? Près du cercle polaire ? Gardé secret, le nouveau lieu de détention du prisonnier le plus médiatisé de Russie a finalement été dévoilé il y a quelques jours. Il s'agit d'une colonie pénitentiaire "à régime ordinaire", située près de la frontière avec la Chine, à 5 000 km à l'est de Moscou.

Situé à six heures d'avion puis à sept heures de route de la capitale russe, soumis à de rudes conditions climatiques, l'endroit, désolé, est en outre connu pour son taux élevé de radioactivité. Construit dans les années 1960, le camp IaG 14/10 se trouve non loin d'une grande mine d'uranium, et la ville la plus proche, Krasnokamensk (région de Tchita), figure au registre des localités possédant les radiations les plus élevées du pays. "L'espérance de vie y est en moyenne de 42 ans", a indiqué le centre de presse des avocats de Mikhaïl Khodorkovski, lundi 24 octobre.

Le partenaire en affaires et coaccusé du patron de Ioukos, Platon Lebedev, condamné comme lui à huit ans de camp de détention, a été envoyé au-delà du cercle polaire. "Il s'agit d'une revanche, celle des autorités, du Kremlin, de -Vladimir- Poutine personnellement", a déclaré à la presse le militant russe des droits de l'homme Lev Ponomarev. Les avocats des deux hommes sont convaincus que ces lieux d'incarcération n'ont pas été choisis innocemment et qu'il y a là une volonté certaine de les isoler, de les briser. Ils ont annoncé qu'ils porteraient l'affaire devant la Cour européenne de Strasbourg.

LA SOCIÉTÉ RUSSE DIVISÉE

Considéré comme l'homme le plus riche de Russie lors de son arrestation à l'automne 2003, Mikhaïl Khodorkovski a été condamné en mai 2005 à neuf ans de prison au terme d'un procès où les juges avaient suivi à la lettre ("fautes d'orthographe comprises", s'était gaussée la presse) les recommandations du parquet. Depuis sa cellule, l'ex-oligarque avait ensuite annoncé son intention de briguer un mandat de député en vue d'une élection partielle à Moscou, mais la confirmation de sa peine (passée de neuf à huit ans) à la fin de septembre a réduit à néant ses espoirs de candidature.

A son sujet, la société russe est divisée. Les uns le voient comme un prisonnier politique. Pour d'autres, acquis au point de vue officiel, il n'est qu'un escroc qui a acheté Ioukos, sa société pétrolière, pour une bouchée de pain (environ 300 millions de dollars). Les faits remontent à 1995, au moment des "prêts contre actions", lorsque les oligarques, invités à mettre la main à la poche pour la réélection de Boris Eltsine en 1996, se virent attribuer certains des plus beaux joyaux de l'industrie russe.

Tchita, où il purgera sa peine, est connu par des millions de Russes comme le lieu d'exil des "décabristes", ces officiers du tsar en révolte contre la monarchie, condamnés à une relégation en Sibérie en 1826. Telles les femmes des "décabristes" qui suivirent leurs maris dans l'exil, Inna, la femme du magnat, et Marina, sa mère, ont annoncé qu'elles n'excluaient pas d'aller s'installer dans la région, plus près du "VIP-détenu", comme l'appelle désormais la presse.

Marie Jégo

Le Monde, 25.10.2005

Le Nouvel Obs : Khodorkovski détenu dans un camp radioactif ?

Des écologistes et les avocats de Mikhaïl Khodorkovski, ex-magnat du pétrole russe condamné à huit ans de prison pour fraude fiscale, dénoncent son emprisonnement dans la région de Tchita, une région fortement radioactive où l'espérance de vie serait de 42 ans.

L 'ex-magnat du pétrole russe condamné à huit ans de prison pour fraude fiscale, Mikhaïl Khodorkovski, serait incarcéré dans un camp de détention Sibérie situé dans un une zone à risque radioactif, ont affirmé lundi 24 octobre des écologistes et les avocats de l'homme d'affaires.
Le lieu de détention de Mikhaïl Khodorkovski serait en effet le camp IaG 14/10, situé près de la ville de Krasnokamensk, dans la région de Tchita, où se trouve l'une des plus grandes mines d'uranium, qui accumule 28% des réserves du pays.

Espérance de vie de 42 ans

"Krasnokamensk est inclue dans le registre national des localités où le niveau des radiations est élevé" et "l'espérance de vie y est en moyenne de 42 ans", a affirmé le centre de presse des avocats de M. Khodorkovski.
"Même si les mines d'uranium sont situées à 15 km du camp de détention IaG 14/10, ses détenus sont menacés" par les vapeurs radioactives qui se dégagent des mines et peuvent notamment "provoquer des cancers des voies respiratoires", a relevé l'organisation écologiste russe Ekozachtchita (Défense écologique), dans un communiqué.
"L'extraction d'uranium donne un grand nombre de déchets radioactifs liquides qui s'échappent dans les eaux souterraines et sont difficiles à contrôler", a souligné estimé Vladimir Sliviak, co-président d'Ekozachtchita (Défense écologique).

Démenti

De leur côté, les autorités locales affirment que le niveau des radiations à Krasnokamensk ne dépassait pas la norme.
"Les affirmations sur un excès des radiations dans la ville de Krasnokamensk et le centre de détention à cause de la proximité des mines de Priargoun sont erronées", a affirmé un inspecteur de l'administration locale, Oleg Chevtchenko, cité par l'agence Interfax.
Selon Oleg Chevtchenko, les détenus qui purgent leur peines dans la région ne travaillent pas dans ces mines.
"Le nombre de cancers chez les habitants de la région a été multiplié par 5 après le lancement de l'extraction de l'uranium" dans les années 60, affirme cependant Ekozachtchita qui appelle les autorités à "stopper l'extraction d'uranium près de Krasnokamensk".

Le Nouvel Obs, 25.10.2005
________
Ben voyons. Si le niveau de radiations est normal, on se demande pourquoi les autorités sont en train d'évacuer tout un quartier de la ville... Ou bien les poussières radioactives font tout un détour pour éviter le camp, comme naguère certain nuage de Tchenobyl...?
21.10.05

Acharnement sadique

Ainsi donc c'est près de la ville de Krasnokamensk que Khodorkovski a été envoyé. Tous les bruits concernant une éventuelle "colonie de luxe", conforme aux standards européens, se sont révélés faux. On peut même dire que la variante choisie est l’une des pires qui puissent être imaginées.
Krasnokamensk, 60 000 habitants, est une petite ville relativement récente, elle est apparue dans les années 60 comme ville dortoir pour les travailleurs de la mine d'uranium et de l'usine d'enrichissement. Quant à la colonie pénitentiaire, elle a précédé la ville et a été ouverte au début de la période de prospection et d’exploitation. Les prisonniers ont-ils été contraints de travailler dans les mines ? Les avis divergent à ce sujet. Il est sûr en revanche que ce sont eux qui ont construit l’usine ainsi qu’une grande partie des bâtiments de la ville. Aujourd’hui, ils travaillent essentiellement dans des ateliers fabriquant des pièces de rechange et du matériel d’extraction, des ateliers de confection textile, de travail du bois, etc.
Les conditions climatiques locales sont extrêmement rigoureuses – la température moyenne en janvier est de –25 à -33 degrés, c’est essentiellement un paysage de steppes avec de rares massifs forestiers.
Mais le plus grave problème de la région est évidemment l’écologie. Le niveau d'irradiation dans certains quartiers de Krasnokamensk est dix fois supérieur à la norme autorisée. Selon certaines sources - l'espérance de vie moyenne n'y dépasserait pas 42 ans.
Platon Lebedev, quant à lui, est effectivement détenu dans la région des Yamal-Nenets, près de la ville de Kharp, au-delà du cercle polaire. Cette colonie est généralement réservée aux criminels les plus dangereux, et les conditions de vie y sont réputées comme particulièrement pénibles.
Dans sa vengeance contre les deux hommes d’affaires, le pouvoir ne s’est pas embarrassé de respecter ses propres lois. Ainsi, un arrêté commun du ministère de la justice et du ministère de la santé précise que les malades atteints d’un certain nombre de maladies ne doivent en aucun cas être envoyés purger leur peine au-delà du cercle polaire. Lébédev souffre de deux au moins de ces affections (hépatite B chronique et hypertension artérielle), ce qui n’a pas empêché son transfert. De plus, il est également précisé que les prisonniers doivent être détenus dans une colonie pénitentiaire située dans la même entité administrative que leur lieu de résidence. Lébédev et Khodorkovski sont tous deux moscovites, et il y a quelque mois, le directeur du bureau chargé de l’application des peines avait affirmé qu’ils seraient envoyés dans une colonie de la Russie d’Europe. Or Kharp est de l’autre côté de l’Oural, au-delà du cercle polaire, Krasnokamensk – en pleine Sibérie, à une cinquantaine de km de la Chine.

Le Monde : Mikhaïl Khodorkovski est transféré en Sibérie pour purger sa peine

Condamné à huit années de réclusion pour évasion fiscale et fraude, Mikhaïl Khodorkovski, ex-magnat du pétrole russe et fondateur de la compagnie Ioukos, a été transféré dans une prison de Sibérie, non loin de la frontière chinoise, pour y purger sa peine, ont rapporté jeudi 20 octobre son avocat, Guenrikh Padva, et les autorités. Il avait été condamné au terme d'un procès considéré par beaucoup comme politique, et au cours duquel les juges avaient suivi à la lettre les demandes du parquet général.

"Khodorkovski est maintenant détenu dans la région de Tchita, à Krasnokamensk, là où il y a des mines d'uranium", au-delà du lac Baïkal, a annoncé Guenrikh Padva. L'avocat s'est dit "étonné" de l'envoi de son client en Sibérie, qualifiant cette mesure de "pas tout à fait normale", mais il s'est refusé à faire des "commentaires politiques".

"Je ne connais pas le numéro exact du centre de détention" où a été placé Mikhaïl Khodorkovski, mais il "a été transféré dans la région de Tchita", a confirmé le chef des services pénitentiaires de Russie (FSIN) pour la Sibérie, Alexandre Plechkov. "C'est une colonie [pénitentiaire] normale, où des conditions de vie normales sont réunies", a-t-il déclaré à l'agence Interfax. La population carcérale du centre pénitentiaire est essentiellement composée de voleurs et de fraudeurs. "Il n'y a pas de grands patrons du crime ici", a précisé le directeur.

Quant à l'ex-associé de Mikhaïl Khodorkovski, Platon Lebedev, ancien patron du holding Menatep, également condamné à huit ans de prison pour fraude fiscale, il a été mis en détention dans la région d'Iamalo-Nenetski, en Sibérie occidentale. Selon son avocat, Evgueni Barou, les proches de son client "ont été informés mercredi que Platon Lebedev avait été envoyé dans la localité de Kharp", située à 50 km au nord du cercle polaire. Sa destination ainsi que celle de Mikhaïl Khodorkovski avaient été gardées secrètes.

"CASSER MORALEMENT" MIKHAÏL KHODORKOVSKI

Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev ont déjà passé près de deux ans en détention préventive à Moscou. D'après la loi russe, un détenu doit, dans la mesure du possible, purger sa peine dans une région proche de son lieu d'habitation. Or les deux hommes habitent depuis des années dans la capitale russe.

Pour le politologue Iouri Kourgouniouk, de la Fondation Indem – connue pour ses études sur la corruption en Russie –, l'exil en Sibérie de Mikhaïl Khodorkovski vise à "l'isoler de la vie politique dans le pays". "A Moscou, il pouvait encore voir régulièrement ses avocats et des manifestants venaient le soutenir, mais en Sibérie ses avocats auront du mal à trouver même un endroit pour se faire héberger, sans parler des manifestants", a-t-il ajouté."Le pouvoir continue sa tentative de casser moralement" l'ex-patron de Ioukos, a estimé l'analyste.

Mikhaïl Khodorkovski, privé de liberté depuis octobre 2003, est, pour ses partisans, victime d'une manipulation du Kremlin visant à neutraliser la menace politique qu'il aurait pu constituer et à démanteler le géant pétrolier qu'il a créé pour le récupérer.

Vladimir Poutine a présenté ce procès comme la fin de la libéralisation sauvage et de l'appropriation par des oligarques des richesses du pays. Mais sa manière musclée de procéder a été vivement critiquée dans les milieux d'affaires occidentaux. Les autorités russes, elles, décrivent Mikhaïl Khodorkovski sous les traits d'un criminel ordinaire qui tente de se faire passer pour un martyr politique.

Avec AFP et Reuters

Le Monde, 20.10.2005

Le Nouvel Obs: Mikhaïl Khodorkovski emprisonné en Sibérie

L'ex-magnat du pétrole russe, condamné pour fraude fiscale et détenu depuis deux ans à Moscou, a été transféré dans une prison sibérienne.

Mikhaïl Khodorkovski, condamné à huit ans de prison pour fraude fiscale, a été placé en détention dans la région sibérienne de Tchita, où avaient été déportés les décabristes, un groupe de nobles et d'officiers russes qui tentèrent une révolte militaire contre le tsarisme en décembre 1825.
"Khodorkovski est maintenant détenu dans la région de Tchita, à Krasnokamensk, là où il y a des mines d'uranium", au-delà du lac Baïkal, à quelques kilomètres de la frontière chinoise, a annoncé jeudi 20 octobre l'avocat de l'ex-magnat du pétrole russe, Guenrikh Padva.
Le chef des services pénitentiaires de Russie (FSIN) pour la Sibérie, Alexandre Plechkov, a confirmé l'information.

"Colonie pénitentiaire"

Mikhaïl Khodorkovski avait été condamné à huit ans d'emprisonnement, notamment pour fraude fiscale à grande échelle, au terme d'une affaire considérée en Russie comme essentiellement politique. Après avoir passé près de deux ans de détention préventive à Moscou, il a été envoyé en fin de semaine dernière "dans une colonie pénitentiaire à régime ordinaire", conformément au jugement prononcé en mai.
Selon la loi russe, un détenu doit, dans la mesure du possible, purger sa peine dans une région proche de son lieu d'habitation. Toutefois, Mikhaïl Khodorkovski habite depuis des années dans la capitale russe.

Le Nouvel Obs, 20.10.2005
12.10.05

Toujours aucune nouvelle officielle

Cela fait maintenant plus de cinq jours que l'on a perdu la trace de Mikhail Khodorkovski et Platon Lebedev. Leur lieu de transfert continue d'être tenu secret et ni leurs avocats, ni même leur famille n'ont été prévenus de leur destination finale. La presse multiplie en attendant les faux effets d'annonce. Se référant à différentes sources toujours anonymes et toujours "dignes de confiance", les différents journaux ont prédit successivement aux deux hommes d'affaires une colonie pénitentiaire "de luxe" dans la région de Saratov, une colonie "pour anciens représentants des forces de l'ordre" (!) dans la région de Sverdlovsk, un camp en Sibérie aux environs de Chita, puis dans la région administrative des Yamal-Nenets (le Grand Nord), puis du côté de Syktyvkar (vers l'Oural), puis du côté de Novgorod...
Les représentants du ministère de la Justice, sollicités à plusieurs reprises par les journalistes, ont déclaré que la loi obligeait seulement le directeur de la colonie pénitentiaire de destination à prévenir la famille dans un délai de dix jours après l'arrivée du prisonnier. Mais ils ont oublié de mentionner qu'une autre loi oblige également le directeur du centre de détention préventive où se trouvaient jusque là les détenus à prévenir les familles de leur départ ET de leur lieu de destination.
Bref, les autorités russes demeurent égales à elles-mêmes.

Un récent sondage effectué par l'Institut Levada au mois de septembre et rendu public aujourd'hui montre que 18,5 % des interrogés jugent plausible l'idée que le pouvoir envisage l'élimination physique de Mikhaïl Khodorkovski.
11.10.05

RIA Novosti - La Cour d'arbitrage confirme la décision d'imposer à Ioukos une amende fiscale pour 2001

MOSCOU, 11 octobre - RIA Novosti. La Cour fédérale d'arbitrage de Moscou a confirmé la décision d'imposer à la compagnie pétrolière Ioukos une amende fiscale de quelque 1,2 milliard d'euros pour 2001.

La Cour a ainsi rejeté le pourvoi en cassation de Ioukos.

L'inspection interrégionale numéro un du Service fédéral fiscal pour les plus grands contribuables a décidé, le 2 septembre dernier, d'imposer un redressement fiscal de 119 milliards de roubles (quelque 3,5 milliards d'euros), dont 80 milliards de roubles (la somme de la dette et des pénalités) ont été prélevés extrajudiciairement sur les comptes de la compagnie, le montant de l'amende (40,6 milliards de roubles) devant être confirmé par décision de justice.

En octobre 2004, la Cour d'arbitrage de Moscou avait réduit la somme de l'amende pour 2001 jusqu'à 39,113 milliards de roubles (1,1 milliard d'euros). En novembre 2004, la juridiction d'appel avait confirmé cette décision. La Cour d'appel a homologué mardi cette même décision.

RIA Novosti, 11.10.2005
10.10.05

RIA Novosti: Khodorkovski et Lebedev transférés sous escorte vers le lieu où ils purgeront leur peine.

MOSCOU, 10 octobre - RIA Novosti. L'ex-PDG de YOUKOS, Mikhaïl Khodorkovski, et le patron du groupe MENATEP, Platon Lebedev, ont été transférés sous escorte de la maison d'arrêt "Matrosskaïa tichina" vers le lieu où ils purgeront leur peine, apprend-on de source officielle. "Aujourd'hui, le directeur de "Matrosskaïa tichina" a déclaré à notre avocat, Evgueni Bar, que Khodorkovski et Lebedev avaient été "emmenés", a annoncé par téléphone à RIA Novosti Konstantin Rivkine, avocat de Platon Lebedev. Selon Konstantin Rivkine, on ignore quand exactement Khodorkovski et Lebedev ont été transférés sous escorte vers le lieu où ils purgeront leur peine. "On ne sait pas non plus l'endroit précis où Khodorkovski et Lebedev purgeront leur peine", a souligné l'avocat.

Le vice-directeur du Service fédéral d'application des peines, Vladimir Semeniouk, a confirmé lundi à Moscou que l'ex-PDG de YOUKOS, Mikhaïl Khodorkovski, et le patron du groupe MENATEP, Platon Lebedev, avaient été transférés sous escorte vers leur lieu de détention.

"Khodorkovski et Lebedev ont été transférés sous escorte vers leur lieu de détention", a notamment déclaré à RIA-Novosti Vladimir Semeniouk.

Quoi qu'il en soit, il n'a pas désigné le lieu précis où les condamnés ont été transférés. "Il ne serait pas moralement correct d'en parler. Quand Khodorkovski et Lebedev seront sur place, on leur demandera lequel de leurs parents il convient de prévenir", a indiqué Vladimir Semeniouk.

Guenrikh Padva, avocat de Mikhaïl Khodorkovski, n'exclut pas que son client puisse se trouver à la maison d'arrêt numéro trois sur le territoire de Moscou.

"On a pu évidemment transférer Mikhaïl Khodorkovski dans une colonie, mais tout porte à croire qu'il aura tout d'abord été transféré, comme cela se fait d'habitude, à la maison d'arrêt numéro trois dans le quartier de Presnia de Moscou", a estimé Guenrikh Padva.

Aujourd'hui, les avocats n'ont pu voir ni Khodorkovski ni Lebedev, car l'administration de "Matrosskaïa tichina" leur a annoncé que les condamnés avaient été "emmenés", a noté Guenrikh Padva.

Khodorkovski et Lebedev auront à purger chacun huit ans de prison ferme.

En mai dernier, la justice avait condamné Khodorkovski et Lebedev à neuf ans de prison dans une colonie à régime ordinaire.

En septembre 2005, le Tribunal municipal de Moscou a réduit jusqu'à 8 ans de prison ferme la peine de Khodorkovski et de Lebedev. Il a alors exclu de l'accusation l'épisode lié à la dilapidation de fonds au profit de Vladimir Goussinski, faute de corps de délit, et a cessé la procédure judiciaire sur l'épisode lié à la non-exécution de décisions de justice ayant acquis force de loi.

RIA Novosti, 10.10.2005

* * * * * *
Si l'on compte la durée du transfert, qui peut prendre plusieurs semaines, le fait que les autorités ont ensuite dix jours pour prévenir la famille, et la rapidité de la poste russe, on n'est pas prêt de retrouver Khodorkovski. Espérons que les avocats réussiront tout de même à obtenir quelques renseignements d'ici-là...

Le Figaro: Khodorkovski s'invite à l'anniversaire de Poutine

RUSSIE Le président russe fête ses 53 ans avec son ami Gerhard Schröder à Saint-Pétersbourg tandis qu'à Moscou, les jeunes opposants et l'ex-patron de Youkos, de sa prison, envoient aussi leurs voeux ironiques.

Irina de Chikoff
[08 octobre 2005]

Avec leur carte postale géante sous le bras, les jeunes militants du mouvement anti-Poutine, «Nous», sont à quelques mètres de la salle d'audience publique du chef de l'Etat. Ils collectent dans les rues de Moscou des signatures avant de remettre leurs voeux à l'administration présidentielle. Sur un côté de la carte, le portrait de Poutine. Peu flatteur. Sur l'autre, un texte court : «Nous» vous souhaite un bon anniversaire. Vous avez réussi beaucoup d'exploits : vous débarrasser d'une opposition importune, d'entrepreneurs trop entreprenants, de la liberté de parole à la télévision. Vous pouvez maintenant quitter le pouvoir l'âme en paix. Nous vous souhaitons d'être d'humeur orange.»

Les trublions auraient bien voulu organiser un meeting. La préfecture de Moscou ne les a pas autorisés à manifester parce que leur propos était trop «ironique». Or l'ironie n'est pas, selon les autorités, une catégorie politique, elle est de l'ordre du spectacle. Un show. Pour pouvoir se produire dans un lieu public, les saltimbanques doivent en faire la demande dix jours à l'avance. Econduit, Roman Dobrokhodov, leader de l'organisation orangiste russe, ne perd pas le moral. Il a imaginé une nouvelle forme de contestation qu'il testera aujourd'hui : cuire des nouilles dans un chaudron près d'Ostankino, siège de la télévision russe, pour dénoncer l'emprise du Kremlin sur les chaînes nationales.

La population de Saint-Pétersbourg indifférente

Tandis qu'à Moscou, la jeunesse rivalise d'imagination pour tenter de creuser une brèche dans l'indifférence de la population, à Saint-Pétersbourg, tout est prêt pour que le président puisse fêter dignement son 53e anniversaire. Avec une quinzaine d'amis proches dont Gerhard Schröder et son épouse Doris ainsi que la petite fille russe, Victoria, que le couple a adoptée. L'année dernière, «VVP», comme la presse russe appelle le chef de l'Etat, s'était rendu à Hanovre pour les 60 ans du chancelier, accompagné par un orchestre de balalaïka et un choeur de cosaques.

Jusqu'au dernier moment, le bataillon des balayeurs du palais Constantin, qui est devenu, à Strelna, près de la capitale impériale, la résidence personnelle de VVP, s'est surpassé. Habituellement l'anniversaire du président est fêté durant deux jours. Hier matin, VVP a reçu, avec modestie, les voeux de tous les chefs d'Etat d'Asie centrale venus participer à un sommet. Chacun a apporté un cadeau. On dit que VVP n'aime guère en recevoir mais comment refuser sans offenser un collègue ?

La soirée devait être plus intime. Moins guindée. Sous les lustres du palais Constantin, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, et entièrement restauré. Une de ses terrasses s'ouvre sur le golfe de Finlande. Dans le parc, une vingtaine de cottages ont été construits pour le sommet Russie-Union européenne de 2003. Chaque pavillon porte le nom d'une ville russe. Celui de VVP s'appelle tout simplement Saint-Pétersbourg.

Rien ne devrait troubler la quiétude des lieux. Loin de Moscou. De ses ragots. De ses gêneurs. Et des fâcheux, comme les gamins de «Nous». Ou bien de cet insolent de Mikhaïl Khodorkovski qui a eu le front de publier, dans le quotidien Komersant, une carte de bons voeux. Du fin fond de sa prison, l'ancien PDG du groupe pétrolier Youkos, condamné à huit ans de réclusion, regrette de ne pas avoir la possibilité de «féliciter en personne» Vladimir Vladimirovitch pour son anniversaire. Il s'amuse à faire un panégyrique moqueur du président «si sage, si généreux» avant de conclure, non sans espièglerie : «Que Dieu fasse que nous nous revoyions bientôt.»

Le Figaro, 10.10.2005
7.10.05

Happy Birthday to you, Mr President !

Aujourd'hui toute la Russie célèbre l'anniversaire de Vladimir Poutine. Le chancelier allemand a même fait le déplacement pour congratuler son cher ami Vladimir. Mikhail Khodorkovski n'est pas demeuré en reste et lui a adressé également via le quotidien "Kommersant" ses... hum... "félicitations"...

Monsieur le Président,

Je n'ai malheureusement pas, pour les raisons que vous connaissez, la possibilité de vous féliciter en personne, c'est pourquoi j'ai du passer par l'intermédiaire du journal "Kommersant". Il y a des gens qui savent évoquer vos qualités de façon professionnelle. Dans ce domaine, je ne suis qu'un amateur autodidacte, aussi dirai-je simplement ce que je pense.

Vous êtes un homme fort courageux - alors que vous étiez simple lieutenant-colonel, vous avez accepté d'assumer plus que des responsabilités de maréchal.

Vous êtes un brillant leader qui a réussi a sauvegarder l'acquis essentiel de la Russie contemporaine : les cours élevés du pétrôle.

Vous êtes un ami et un partenaire fidèle - vous n'avez pas hésité à sacrifier votre réputation au profit de vos camarades qui ont détruit Yukos, naguère encore la première compagnie pétrolière du pays.

Vous êtes un être généreux et de toute évidence un grand amateur de football.

Aujourd'hui vous avez presque tout. Aussi voudrais-je vous souhaiter le peu qui vous manque: la liberté et le repos. Vous y atteindrez le jour où, conformément à la constitution de la Fédération de Russie, vous quitterez ce poste ingrat de Président de la République.

A notre prochaine rencontre, si Dieu le veut.
Bon anniversaire !

Mikhail Khodorkovski

Original en russe sur le site officiel de Khodorkovski

Une nouvelle affaire Yukos?

De toute la série de nouvelles concernant l’affaire Yukos dont fourmille la presse russe, les journaux français n’en ont retenu qu’une. Il est vrai qu’elle est de taille : les perquisitions ont repris au siège de Yukos. Comme deux ans auparavant, les enquêteurs du parquet général, appuyés par les forces d’intervention spéciales de la police, ont envahi le siège général de la compagnie, mais ont aussi rendu visite à de nombreuses filiales de Yukos, ainsi qu’à des banques et sociétés de conseil liées à la compagnie. Une fois de plus, le cabinet de l'avocat de Khodorkovski Anton Drel a été fouillé de fond en comble, sans que ce dernier n'ait eu le droit d'y assister (ce qui ne semble pas très légal). Par ailleurs, des perquisitions étaient également menées à la demande du parquet général russe au siège de la filiale hollandaise de Yukos, qui gère tous les actifs de la compagnie à l’étranger.
Le parquet général a abondamment communiqué, ces derniers jours, sur cette "deuxième affaire Yukos", au centre de laquelle se trouve une accusation de détournement et de blanchiment de fonds pour une valeur de sept milliards de dollars.

Plus inquiétant, les enquêteurs ont également perquisitionné les bureaux de l’ONG "Russie Ouverte" fondée et dirigée par Mikhail Khodorkovski. Comme par hasard, ces derniers jours, "Russie Ouverte" avait fait l’objet d’une large campagne de diffamation à la télévision russe.

Selon les commentateurs russes, l'ONG, qui poursuit ses actions dans le domaine de l'éducation et de la défense des droits de l'homme, serait la nouvelle cible du pouvoir russe. Le quotidien d'affaires russe Vedomosti affirme quant à lui que le but de cette nouvelle attaque est de s'emparer des derniers actifs que Yukos possède encore à l'étranger.

Il y a cependant bien des choses surprenantes dans cette affaire. Tout d’abord, le moment choisi pour ces perquisitions – l’enquête a en effet été lancée il y a presque un an et demi, en juillet 2004. Les enquêteurs pensent-ils vraiment que les documents compromettants – à supposer qu’il y en ait – ait été gardé au frais pour eux pendant tout ce temps ? Une employée de l’une des sociétés de conseil "visitée" raconte en ces termes la perquisition : "Les enquêteurs sont arrivés accompagnés d’une vingtaine de membres des forces spéciales de la police.
[Comme s’il s’agissait d’un repaire de dangereux terroristes! - L'Observatrice] Mais tous le temps qu’a duré la perquisition, les policiers n’ont rien fait, à part se servir dans notre frigo et nous obliger à aller leur acheter des pizzas. Finalement les enquêteurs n’ont rien emmené car ils avaient déjà pris toute notre documentation il y a un an …" Il semble donc que le parquet général travaille de la même manière que précédemment : il s’agit non pas de trouver des documents susceptibles de prouver de réelles malversations, mais de retirer l’ensemble de la documentation de sociétés parfaitement ordinaires, afin d’en décrire le fonctionnement en des termes criminels. Après tout, ce petit exercice essentiellement rhétorique à plutôt réussi jusqu’à présent.

Mais si la recherche des pièces à conviction tient de la farce, celle des témoins relève plus la tragédie. En témoigne l’inquiétante mésaventure survenue à l’un des anciens partenaires de Khodorkovski, l’hispano-russe Antonio Valdes Garcia. Valdes était jusqu'en 2002 le directeur de Fargoil, l’une des filiales de Yukos impliquée dans l’affaire de détournement de fonds. Mis en accusation, il s’était enfui en Espagne, mais à la mi-juin 2005, il décide apparemment de revenir et est arrêté dès son arrivée à l’aéroport de Moscou. Peu de temps après, on apprend qu’il serait revenu de son plein gré pour collaborer avec les enquêteurs, et se trouverait sous protection spéciale du FSB. Dans la foulée, le parquet général annonce que de nouvelles accusations vont bientôt être officiellement présentée contre Khodorkovski. C’est déjà le troisième effet d’annonce, mais cette fois-ci, tout le monde estime que le parquet a trouvé un témoin clé en la personne de Valdes Garcia et que donc le deuxième procès ne saurait tarder à commencer. Mais l’annonce officielle ne vient pas et le 5 septembre, Valdes Garcia est mystérieusement retrouvé dans un hôpital de Moscou, avec les jambes fracturées, les dents cassées et un traumatisme crânien. On parle de défenestration. Certains avancent même que Valdes aurait été en fait enlevé en Espagne. L’ambassade d’Espagne affirme ne pas pouvoir intervenir, car Valdes, né a Moscou, a également la nationalité russe, et est entré sur le territoire de la Fédération de Russie avec son passeport russe. Deux jours après, le témoin a de nouveau disparu, l’hôpital a "perdu" toute trace de son passage.

En attendant, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe a de nouveau manifesté son inquiétude face à l’aggravation de l’état de santé du partenaire de Khodorkovski Platon Lebedev et a instamment demandé aux autorités russes de tout mettre en œuvre pour faire respecter le droit de Platon Lebedev à un examen médical pratiqué par le médecin de son choix.

AFP : Ioukos: série de perquisitions dans une enquête pour blanchiment

e parquet général russe a mené mercredi une série de perquisitions dans des établissements financiers et cabinets juridiques de la région de Moscou, dans le cadre d'une enquête pour blanchiment d'argent présumé par des collaborateurs du groupe pétrolier Ioukos.

Les enquêteurs du parquet ont mené "des perquisitions et des saisies" de documents qui "sont en train de s'achever" dans la banlieue de Moscou, "dans le cabinet juridique ALM Feldmans, la banque d'investissements Trust, la Banque Nationale Trust et la société Ioukos FTsB", a relevé le Parquet dans un communiqué.


Les enquêteurs estiment que "sur la période 2000-2003, certains dirigeants et collaborateurs de Ioukos ont volé et légalisé par voie de transfert à l'étranger des moyens financiers pour une somme proche de 7 milliards de dollars", précise le communiqué.

(AFP via Le Monde, 6.10.2005)

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Vladimir Pereverzine, libre et révolté.

Bonne Année 2012 !

15 décembre.

Khodorkovsky - LE FILM.

Vassili Alexanian, une interview inédite.

Vassili, le dernier adieu.

Vassili Alexanian est décédé

Le Figaro: Au dernier jour de son procès, Khodorko...

Point final dans l'Affaire Alexanian

Le Figaro: Plus de procès pour un ancien de Ioukos...



Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs