Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
22.9.04

Libération : Le procès Ioukos s'éternise en Russie

Le Kremlin semble résolu à déposséder l'oligarque Khodorkovski, bête noire de Poutine.

Les bancs publics sont pratiquement vides dans la petite salle du tribunal de Moscou où se poursuit le procès de l'ancien patron du géant pétrolier Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, et de son associé Platon Lebedev. Quatre jours par semaine, les trois juges, le procureur et l'armée d'avocats des accusés passent en revue quelques-unes des privatisations russes des années 90, dans un foisonnement de détails qui ont fait fuir la plupart des observateurs. Alors que, mi-juin, l'audience s'était ouverte dans une cohue de journalistes, le procès de la première fortune de Russie se poursuit aujourd'hui dans l'indifférence générale. «Le procès est très lent, soupire Genrikh Padva, l'un des avocats de Khodorkovski. Et à ce rythme, cela peut encore continuer des mois.»

Grotesque.
A l'évidence, le sort de l'oligarque ne se joue pas dans ce tribunal, mais dans les tractations qui se poursuivent entre le Kremlin et les dirigeants du groupe pétrolier pour la reprise de ses actifs. Sous prétexte de dettes fiscales colossales de Ioukos, sans cesse réévaluées, le Kremlin semble résolu à déposséder Khodorkovski. Mais ce dernier n'a pas encore capitulé et sa résistance passe par ce procès grotesque. L'air souvent blasé, plongé parfois dans un roman policier, Khodorkovski intervient de temps en temps. «Cela fait longtemps que je ne travaille plus dans la banque», lance-t-il ainsi, lundi, pour clarifier avec malice le témoignage d'un de ses ex-employés qui décrivait comment il avait pu faire valser des paquets d'actions de sociétés en sociétés. «Mais à l'époque, c'était une pratique tout à fait habituelle des banques», assure-t-il. Le plus souvent, le milliardaire reste inerte dans sa cage d'accusé, tandis que son ami Lebedev proteste sans cesse. «Khodorkovski et moi, nous devrions être de retour au travail depuis longtemps, lançait-il fin août au tribunal. Pensez-vous qu'il soit facile de devoir lire dans Die Welt (un quotidien allemand, ndlr) combien la Bourse russe a perdu à cause des attaques contre nous ?»

Le public a commencé à déserter dès juillet, quand le procureur Dmitri Chokhine, en uniforme, s'est mis à lire, document après document... les 227 volumes d'actes d'accusation concernant Khodorkovski. Les procureurs y ont même inclus les actes de naissance de ses enfants. «Parfois, le procureur a même lu trois ou quatre fois le même document» : l'avocat Genrikh Padva a protesté en vain, soupçonnant le parquet de vouloir écraser le tribunal sous la masse, à défaut de preuves plus pointues. «L'accusation me fait penser à un ramassis de miettes, ironise Iouri Schmidt, un autre avocat de Khodorkovski. Le parquet a collecté des masses de petits morceaux comme pour prouver, par la quantité, que Khodorkovski et Lebedev sont d'affreux criminels.» Selon ces avocats, près de la moitié des volumes de l'accusation est remplie par l'affaire Apatit, le premier producteur russe d'engrais, dont Khodorkovski prit le contrôle en 1994. «Les faits sont pourtant prescrits, souligne Schmidt. Mais les procureurs ne veulent pas laisser tomber cette affaire car cela dégonflerait trop l'accusation : nous sommes face à une mentalité encore très soviétique, où il faut que l'accusation fasse volume.»

150 témoins.
Fin août, le procureur a tout de même mis fin à ses lectures, déclarant avoir «présenté suffisamment de preuves» et décidant de passer aux quelque 150 témoins qu'il a prévu de faire défiler. Curieusement, plusieurs de ceux présentés par le parquet ont plutôt pris la défense de Khodorkovski. Un ancien directeur d'Apatit, Anatoli Pozdniakov, a raconté comment ses investissements avaient sauvé la compagnie de la faillite. Mais d'autres témoins confirment les thèses du parquet, qui accuse Khodorkovski d'avoir truqué le rachat d'Apatit. Il lui est aussi reproché d'avoir écoulé la production d'Apatit par des sociétés intermédiaires qui facturaient ses engrais 26 dollars la tonne, pour minimiser les impôts payés en Russie, tandis que la production était écoulée à l'étranger entre 40 et 78 dollars la tonne.

Concernant ses revenus personnels, Khodorkovski était aussi coutumier des déclarations fantaisistes au fisc, tente de démontrer le parquet : pour l'année 1998, il n'aurait ainsi payé que 2004 roubles (56 euros) d'impôt, ayant présenté l'essentiel de ses revenus comme des «conseils financiers» non imposables. Mais tous les oligarques qui ont émergé des privatisations des années 90 ont abusé de ces tours de passe-passe. Le problème est ailleurs, dans le conflit personnel qui oppose Poutine à Khodorkovski, seul oligarque à oser encore tenir tête au Président ; et ce n'est certainement pas ce tribunal qui le tranchera.

Moscou de notre correspondante
Lorraine MILLOT
mercredi 22 septembre 2004
(Lu dans : Libération)
4.9.04

Une théorie du complot pour le moins originale

Khodorkovski + Parquet Général vs Poutine ?!

Cela paraît invraisemblable, mais c’est pourtant ce qu’affirme un article publié dans le quotidien numérique dni.ru. Selon l’auteur – un parfait inconnu derrière lequel se cache, comme il se doit, un célèbre «polittechnologue» russe – l’ «affaire IOUKOS» serait montée de toutes pièces par les accusés eux-mêmes avec la complicité du parquet général, dans le but de discréditer le pouvoir russe à l'intérieur comme à l'étranger, de nuire à l’image du président, et en fin de compte de provoquer une crise du pouvoir susceptible de servir les ambitions politiques de Mikhaïl Khodorkovski. Simple, mais génial.
L’argumentation s’appuie sur deux moments essentiels.
Le premier, c’est le déroulement même du procès : les positions de l’accusation s’effilochent, les témoins à charge disculpent Khodorkovski, les droits des accusés sont bafoués de façon criante – tout cela, affirme le journaliste de dni.ru, témoigne d’une absence totale de compétence dans la façon dont a été menée l’enquête et préparé le dossier d’accusation.
Le second moment est plus curieux. Selon l’auteur, il existerait des liens de longue date entre les actionnaires de IOUKOS et les responsables de l’enquête au parquet général - le premier vice-procureur Birioukov et l’enquêteur Salavat Karimov - ces derniers ayant jusqu’à présent «protégé» IOUKOS et fait avorter toutes les affaires précédemment montées contre lui.

La où l’affaire se corse, c’est lorsque entre en scène l’inénarrable porte-parole du Parquet Général Natalia Vishnjakova, pour protester avec véhémence contre cette dernière accusation, qualifiée de «grotesque» et «mensongère», et que le Parquet Général exige – et obtient – que Dni.ru retire de sa publication les passages concernant les soi-disant liens entre les enquêteurs et les actionnaires de IOUKOS. Je ne sais pourquoi, les interventions de Natalia Vishnjakova, qu’elles soient écrites ou orales, sont toujours d’un effet comique très sûr. Entre temps, évidemment, l’article de Dni.ru dans son intégralité s’est transporté sur des dizaines d’autres sites.

Pourquoi est-ce si drôle ? Parce que dans sa lettre Natalia Vishnjakova écrit «Dni.ru» a reconnu qu’il avait publié des informations non vérifiées par l’auteur (sur les enveloppes contenant les instructions pour les enquêteurs et les soi-disantes «excellentes relations dans le passé» entre les responsables de l’enquête au Parquet Général et Khodorkovski et Lebedev). Vishnjakova dit sans doute vrai. En tout cas, au terme de ma propre enquête virtuelle dans le foisonnant monde du «kompromat» (pas besoin de traduire ce terme?) je n’ai pas réussi à trouver la moindre confirmation de ce qu’avance l’auteur de cet article. Non pas que ces messieurs du Parquet soient des modèles de probité, loin de là – j’ai ainsi pu découvrir des choses tout à fait passionnantes sur les liens de Birioukov avec divers groupes maffieux tchétchènes et avec l'ex-oligarque Berezovski. Mais rien sur IOUKOS ou Menatep. Malheureusement, en ce qui concerne les lacunes, incohérences et abus de l’enquête, il est difficile, même pour Natalia Vishnjiakova, de nier l’évidence. Et sa lettre devient un pitoyable aveu d’impuissance – «On fait ce qu’on peut ! Ce n'est pas notre faute si nous sommes aussi mauvais !»

Une fois purgé de ses «informations non vérifiées», l’article de Dni.ru devient donc d’une lumineuse simplicité, que résume bien l’un des slogans du très ironique Groupe SOVEST : Дело ЮКОСа халтура / Автор : Генпрокуратура (traduction approximative : L’Affaire Ioukos est bâclée / L’auteur en est le Parquet )

Il reste tout de même un certain nombre d’interrogations. Personne, je crois, ne doute que cet article et l’agitation autour de lui soient une manipulation. Mais de qui et pourquoi ?
Soit le pouvoir, furieux de la tournure que prend l’affaire IOUKOS, et de la façon dont elle est menée par le Parquet, tente de se dédouaner en essayant, comme d’habitude, de faire croire à un complot contre lui, quitte à y associer de hauts responsables du Parquet tombés en disgrâce. Dans ce cas, l’on ne devrait pas tarder à assister à une valse d’épaulettes au sein de cette respectable institution.
Soit il s’agit d’une joyeuse blague, ou plutôt d’une subtile provocation, organisée par les services de presse de Khodorkovski, et le Parquet est tombé lamentablement dans le panneau.
Soit notre vieil ami polittechnologue, toujours aussi dévoué à la cause de l’État Russe et légèrement obsédé par les théories du complot en général, a tenté une fois de plus par ce coup médiatique d’attirer l’attention du pouvoir sur les erreurs commises dans la gestion de «l’affaire IOUKOS».

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Vladimir Pereverzine, libre et révolté.

Bonne Année 2012 !

15 décembre.

Khodorkovsky - LE FILM.

Vassili Alexanian, une interview inédite.

Vassili, le dernier adieu.

Vassili Alexanian est décédé

Le Figaro: Au dernier jour de son procès, Khodorko...

Point final dans l'Affaire Alexanian

Le Figaro: Plus de procès pour un ancien de Ioukos...



Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs