Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
16.10.11

Vassili Alexanian, une interview inédite.

Le 6 octobre, Vassili Alexanian a été enterré au cimetière Khovanski de Moscou. Il avait été remis en liberté en janvier 2008, après deux ans et demi de détention provisoire et en échange d’une caution de 50 millions de roubles. Durant sa détention il avait refusé de témoigner à charge contre Mikhail Khodorkovski et Platon Lebedev, ce que l’on exigeait de lui pour le libérer. Dans les rares moments où Alexanian ne se sentait pas trop mal, il racontait au journal russe The New Times comment on continuait à le harceler, lui et ses proches. Il repoussait la publication de cette interview pour ne pas risquer de nuire par ses jugements tranchés à ses collègues encore emprisonnés. Après son décès The New Times publie des extraits de ces discussions.

Après la mort en détention provisoire de Sergueï Magnitsky, le juriste du fond d’investissements Hermitage Capital, on a commencé a évoquer publiquement l’état de la médecine pénitentiaire. On peut recevoir des soins en prison ?

Je voudrais pouvoir oublier ce cauchemar. C’est un enfer, dans lequel des gens ordinaires se rendent « à leur travail » et font le mal. Cela ne leur pose aucun problème. Si à la suite de mon cas on avait pris des mesures radicale, Sergueï Magnitsky serait encore en vie, Dieu ait son âme… Il aurait fallu priver à temps tous ces gens de leurs possibilités de faire le mal. A l’intérieur de la prison, vous n’arriverez jamais à vous y retrouver, ils se couvrent tous réciproquement, leur seul souci, c’est d’échapper à leurs responsabilités. Ils pondent des papiers, des attestations… A la « Matrosska » (la prison Matrosskaya Tishina), ce qu’il faut, ce n’est pas inspecter les cellules, c’est simplement se rendre à la morgue et demander – C’est qui ? Et lui, c’est qui ?

Pourquoi est-ce que l’on refusait de vous transférer dans un hôpital civil, alors que vous étiez gravement malade ?

Quand j’étais en prison, des gens venaient me voir et me disaient que Setchine [Igor Setchine est vice-premier ministre de la Fédération de Russie, PDG de Rosneft et ami proche de Poutine. Il est considéré comme le "commanditaire" de l'Affaire Yukos. NdT.] avait donné l’ordre de ne pas me laisser sortir vivant. Voilà le genre d’histoire à faire peur qu’on me transmettait.

Qui ? Les enquêteurs ? Les policiers ?

C’est très compliqué à expliquer. Ca peut prendre des formes différentes en prison. On te colle un nouveau voisin de cellule et il te chuchote quelque chose à l’oreille, ou bien soudain on te transfère quelque part et le chef d’escorte raconte quelque chose dans ton dos… Toutes leurs méthodes de pression psychologique sont au point depuis longtemps.

Après votre libération, on vous a laissé tranquille ?

Non, ils me harcèlent sans arrêt. C’est insupportable à vivre. Ils terrorisent les gens qui travaillent avec moi, qui essaient de m’aider. Je ne veux pas que d’autres personnes en pâtissent ! Mon chauffeur s’est fait arrêter deux fois, pour avoir soi-disant renversé un piéton, ou bien causé un accident et pris la fuite. Alors que la voiture était restée au garage toute la semaine ! Ils n’arrivent même pas à se mettre d’accord sur l’histoire : à un poste de police ils disent une chose, à un autre poste, ils donnent une autre version. Le chauffeur m’appelle, complètement paniqué, je contacte mes avocats… Le pouvoir ne me laisse pas tranquille un instant. Mes parents deviennent fous, ils ont peur qu’on me renvoie en prison et qu’on ne me laisse plus jamais sortir.

Mais pourtant le dossier est clos, pourquoi est-ce qu’on ne vous fiche pas la paix ?

Ils harcèlent tous ceux qui me viennent en aide. Par exemple, le médecin qui me maintient à flots. Même lui, ils sont allés le trouver.

Ils veulent qu’il cesse de vous soigner ?

Il lui ont dit : « On l’a laissé sortir en comptant qu’il mourrait dans l’année. »

Carrément ?!

C’est ce qu’il lui ont dit en face. Le problème aussi, c’est que je continue à dépendre d’eux. Tous mes biens sont encore sous séquestre, bien que le dossier dans le cadre duquel la mise sous séquestre a été prononcée soit clos. La juge l’a fait à dessein, sans dissimuler nullement ses motifs. Elle a dit littéralement : « On ne sait jamais, peut-être qu’il sera encore inculpé de quelque chose ? » De sa part c’est un délit caractérisé contre la justice. Ma maison et mon véhicule sont sous séquestre. Je ne peux pas en disposer, les vendre, je peux juste habiter dans la maison. Quant aux biens qui ont été confisqués au moment de la perquisition au titre de pièces à conviction – essentiellement de l’argent liquide, des montres (qui pour le coup n’ont rien à voir avec les actions qu’on m’accuse d’avoir détournées), ils ont tout simplement disparu, alors que les pièces à conviction doivent être conservées avec le dossier et restituées en cas de clôture. En fait ils se les sont tout simplement mises dans la poche, et aucune de mes demandes de restitution n’a reçu de réponse. Quand ils ont pris les montres, ça m’a fait rire et j’ai demandé si par hasard je n’étais pas aussi accusé d’avoir cambriolé une horlogerie. Il faut croire que quelqu’un les porte aujourd’hui au poignet – que leurs mains se dessèchent !!! (pardon, Seigneur...!)

Pourquoi ne partez-vous pas à l’étranger vous faire soigner ?

Les anglais ne m’ont pas accordé de visa. Ils m’ont fourni une explication idiote, soi-disant je n’aurais pas apporté de preuves convaincantes que je reviendrai ensuite en Russie. J’ai un enfant de huit ans à charge, des parents de 73 ans, ce n’est pas suffisant peut-être ? Il faut croire qu’il y a d’autres raisons. Sans doute qu’ils ont peur que je décède là-bas, mais je n’en ai pas du tout l’intention ! Ils m’ont refusé le visa en octobre dernier. Vous pouvez l’écrire – j’estime que c’est une honte ! Mon médecin traitant habite à Londres, c’est lui qui m’avait soutenu devant la Cour Européenne au moment du jugement. J’ai besoin d’aller le voir, de passer des tests médicaux, pour déterminer la suite du traitement. Depuis 1993 je me suis rendu en Grande-Bretagne une soixantaine de fois. Et depuis que l’on m’a rendu mon passeport, j’ai été plusieurs fois à l’étranger, j’ai vu différents médecins. Et je ne suis resté nulle part, je n’ai demandé aucune aide, je n’ai pas demandé l’asile politique. Mais les anglais me refusent l’entrée sur leur territoire…

Interview menée par la journaliste russe Zoïa Svetova, traduction: l'Observatrice

Libellés : ,

Publié à 15:18 Edit
Lien permanent |
Enregistrer un commentaire

continuez !
# publié par Anonymous carole laura : 11:05 PM  


Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Vassili, le dernier adieu.

Vassili Alexanian est décédé

Le Figaro: Au dernier jour de son procès, Khodorko...

Point final dans l'Affaire Alexanian

Le Figaro: Plus de procès pour un ancien de Ioukos...

Le Monde : Le Kremlin s'acharne contre l'ancien pa...

AFP via L'Express : Russie: l'ex-magnat du pétrole...

AFP via Le Matin : Russie: l'ex-magnat Khodorkovsk...

Libération : Russie: le magnat Khodorkovski de nou...

Le Monde : "Tout est fait pour que Mikhaïl Khodork...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs