Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
27.1.08

Vassily Alexanian : JT de 20h, France 2, 25.01.2008




Orthographes possibles : Alexanian, Aleksanian, Aleksanyan, Vassily, Vassili.

Libellés : ,

21.1.08

Le Monde.fr : Vive inquiétude sur la santé de M. Alexanian, ex-dirigeant de Ioukos emprisonné

En détention provisoire depuis vingt et un mois, Vassili Alexanian, ex-vice-président de la compagnie pétrolière russe Ioukos, est en train de mourir à petit feu d'une grave maladie, faute de soins. Cet ancien avocat est devenu aveugle, souffre du foie et a contracté la tuberculose pendant son séjour en prison.

Malgré les demandes de la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg, qui a enjoint par trois fois aux autorités russes de le transférer dans un hôpital civil spécialisé, M. Alexanian continue d'être soigné à l'hôpital du centre de détention provisoire de Matrosskaïa Tichina à Moscou.

Le refus de la Russie de transférer le prévenu est une violation de la Convention européenne des droits de l'homme (articles 2 et 3) signée par ce pays. Aux yeux de la justice russe, l'ancien numéro deux de Ioukos, inculpé de vol d'actions et d'évasion fiscale, est apte à comparaître. Alors que l'enquête vient tout juste d'être close, Vassili Alexanian est contraint d'écouter, assis sur un tabouret six heures par jour, la lecture de son dossier d'accusation - 115 volumes - par un enquêteur.

Mercredi 16 janvier, lors d'une audience devant la Cour suprême durant laquelle ses avocats contestaient son maintien en détention, le procureur Vladimir Khomoutovski a déclaré publiquement que le prévenu souffrait du sida. "Le procureur a révélé publiquement la maladie de mon client, il l'a fait exprès pour donner de lui une image négative", a dénoncé l'avocate Elena Lvova.

Dans une lettre ouverte, Vassili Alexanian estime que "les procureurs, les juges et les médecins de la prison" portent consciemment atteinte à son état de santé. "Depuis deux ans, je suis incité à faire de faux témoignages sur d'autres dirigeants de Ioukos en échange de ma remise en liberté conditionnelle, c'est-à-dire en échange de ma vie", écrit cet ancien diplômé de Harvard, père d'un petit garçon de 6 ans.

ACHARNEMENT JUDICIAIRE

Les autorités russes affirment que M. Alexanian est responsable de la dégradation de son état de santé parce qu'il refuse le traitement qui lui est proposé en prison. Selon maître Lvova, la vie de son client est menacée.

Son cas n'est pas isolé. Chaque année, des centaines de prévenus meurent lors de leur détention provisoire faute de soins.

Le sort de M. Alexanian est rarement évoqué par les médias russes. Il subit le même acharnement que son ancien patron de Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, qui purge une peine de huit ans en Sibérie pour fraude et évasion fiscale et attend un deuxième procès, pour blanchiment d'argent. Il risque 22 ans de prison.

Après son arrestation, en 2003, le groupe Ioukos, contraint de payer à l'Etat russe des dizaines de milliards de dollars d'arriérés d'impôts, a été mis en faillite. Ses actifs ont été vendus au groupe public Rosneft, dirigé par Igor Setchine, numéro deux de l'administration présidentielle et proche du président Poutine. Rosneft est devenu le numéro un du pétrole russe.
Marie Jégo
Article paru dans l'édition du 20.01.08.

Libellés :

19.1.08

Le Figaro : L'ex-numéro deux de Ioukos au seuil de la mort

Par trois fois, la cour européenne des droits de l'homme a demandé le transfert de Vassili Alexanian de sa prison vers une clinique.

«J'espère que je survivrai une semaine de plus.» Voûté, amaigri, assis derrière des barreaux, Vassili Alexanian s'est exprimé, à bout de souffle. L'ancien vice-président de la société pétrolière Ioukos était entendu mercredi depuis sa prison moscovite, via une liaison vidéo, par la Cour suprême de Russie. La haute juridiction examinait une demande de libération pour raisons de santé. Il devra attendre une nouvelle audience, mardi prochain, pour être fixé sur son sort. Aveugle d'un œil et ne voyant presque rien de l'autre, cet homme de 36 ans est malade du foie et souffre de la tuberculose. Vassili Alexanian est en détention provisoire depuis vingt et un mois. Il avait été arrêté le 5 avril 2006, cinq jours après avoir été nommé vice-président de Ioukos dont il avait dirigé auparavant le service juridique.

Le procureur a révélé mercredi qu'il était atteint du sida. «Je confirme qu'il a le sida, a expliqué hier l'un de ses avocats, Elena Lvova, lors d'une conférence de presse. Le procureur l'a annoncé exprès pour donner de lui une image négative. Je sais qu'il n'a jamais fréquenté de groupes à risques. Il a subi plusieurs opérations avant son arrestation.» Depuis qu'il a appris en septembre 2006 sa séropositivité, il a réclamé un traitement. Bien que transféré dans un hôpital pénitentiaire, il n'est toujours pas soigné. Il pense avoir contracté la tuberculose lors de transferts où il partageait un fourgon cellulaire avec des malades contagieux.

«Si le plaignant mourait faute de soin, les articles 2 et 3 (sur le droit à la vie et l'interdiction de la torture, NDLR)» de la Convention européenne des droits de l'homme « seraient violés». Ce n'est pas la vibrante plaidoirie d'un avocat mais le texte d'une lettre de la Cour européenne des droits de l'homme, datée du 21 décembre. Par trois fois en deux mois, procédure exceptionnelle, un juge de Strasbourg a réclamé à la Russie le transfert du détenu dans une clinique. Trois demandes restées sans effet.

Le détenu, que la fièvre ne quitte plus depuis des semaines, a écouté un enquêteur lui lire les 115 volumes de la procédure, assis six heures par jour sur un tabouret. Il est accusé de détournements de fonds. «On n'a pas cessé de me pousser à témoigner contre les autres dirigeants de Ioukos en échange de ma libération sous caution, c'est-à-dire en échange de ma vie», a écrit Alexanian dans une lettre ouverte. Parfaitement inconnu du public, ignoré par les chaînes de télé, Alexanian est face au même rouleau compresseur que son ancien patron, Mikhaïl Khodorkovski.

Coupable d'avoir résisté à Poutine

L'ancien PDG de Ioukos, ex-homme le plus riche de Russie, arrêté en 2003, purge toujours ses huit ans de travaux forcés pour fraude fiscale, dans sa prison de Tchita en Sibérie. Le thermomètre descend en ce moment à -27 °C. Ses avocats et les défenseurs des droits de l'homme considèrent Khodorkovski comme un prisonnier politique, coupable d'avoir résisté à Vladimir Poutine, d'avoir financé des partis d'opposition et d'avoir voulu se rapprocher de l'Américain Exxon. Ses avocats ignorent toujours quand aura lieu son deuxième procès, pour blanchiment, où il risque jusqu'à vingt-deux ans de prison. Depuis la fin de l'an dernier, le groupe Ioukos est définitivement dépecé. Au bénéfice du groupe public Rosneft qui a racheté des actifs de la société en faillite pour 27 milliards de dollars. Le président du conseil d'administration de Rosneft n'est autre qu'Igor Setchine, n° 2 de l'Administration présidentielle, considéré par les kremlinologues comme le chef de file des siloviki, le clan regroupant les ex-KGB et les militaires. Rosneft, dopé par les puits et les raffineries de Ioukos, a publié avant-hier des bénéfices de 1,89 milliard de dollars pour le troisième trimestre 2007. En hausse de 80 %.

Autres orthographes: Vassili, Vassily, Alexanian, Aleksanian, Aleksanyan, Alexanyan

Libellés : ,

16.1.08

Sauver Vassily Aleksanian

Placé en détention provisoire depuis le 6 avril 2006, (et donc toujours présumé innocent), malade du SIDA et atteint d'un cancer, l'ex-juriste de la compagnie Yukos n'a reçu aucun soin jusqu'à ce jour. Par trois fois les autorités russes ont ignoré une décision de la Cour Européenne des Droits de l'Homme ordonnant de transférer le prisonnier dans un établissement de soins correspondant à la gravité de son état. Vassily Aleksanian, agé de 35 ans, est le père d'un petit garçon de six ans dont il assurait seul la garde.


APPEL DE VASSILY ALEKSANIAN A LA PRESSE ET AUX DEFENSEURS DES DROITS DE L'HOMME

La Fédération de Russie est dans l'obligation d'obéir à l'Arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, qui est le troisième rendu sur mon cas, exigeant que je sois d'urgence transféré de la prison où je me trouve actuellement dans une clinique civile spécialisée.

Les autorités russes ont complètement ignoré deux Arrêts analogues du 27.11.2007 et du 06.12.2008 respectivement. Voilà déjà 21 mois que je suis en soi-disant détention provisoire, sur la base d'accusation falsifiées et en tant que membre de la direction de la compagnie Yukos.

J'ai été obligé de m'adresser à la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour tenter, littéralement, de sauver ma vie, car le pouvoir russe m'a conduit au bord de la tombe par ses actions.

Plus d'un an auparavant, à la suite d'une expertise médico-judiciaire, on a diagnostiqué chez moi une maladie mortelle. A ce moment déjà mon état exigeait une chimiothérapie intensive pour soutenir et prolonger ma vie. La conclusion des experts soumettait l'éventualité de mon maintien en détention à la possibilité de commencer immédiatement une chimiothérapie. Dans le même temps, les experts refusaient de se prononcer sur la question qui leur était posée par les enquêteurs, à savoir s'il était effectivement possible de pratiquer une telle chimiothérapie dans les conditions de vie en maison d'arrêt, du fait que cette thérapie présente elle-même un risque d'effets secondaires mortels et exige l'observation de procédures spéciales.

Depuis, malgré mes multiples requêtes et plaintes, je continue à être illégalement détenu en prison, sans avoir accès à la chimiothérapie qui m'est vitalement indispensable, et sans avoir la possibilité de recevoir des soins dans la clinique civile spécialisée auprès de laquelle j'ai été inscrit du fait de la maladie dignostiquée.
J'ai pourtant fait tout ce qui dépendait de moi pour obtenir que soit entreprise une chimiothérapie, y compris signer tous les protocoles et les décharges requis. Mais les soins n'ont toujours pas commencé.
De plus, les enquêteurs, tout en reconnaissant la légitimité de mes exigences, non seulement n'ont entrepris aucune action dans ce sens, mais, de concert avec l'administration de la maison d'arrêt, m'ont empêché de contacter le médecin référent et les spécialistes de ladite clinique.

Le résultat logique de cet état de choses a été une aggravation sensible de mon état de santé, l'évolution de la maladie vers un stade plus grave et l'apparition d'une série d'autres affections comme une tumeur du foie et des ganglions lymphatiques.

Finalement, vers le mois d'octobre 2007, mon état de santé est devenu critique. Depuis le 16.10.2007 le personnel médical de la maison d'arrêt a noté chez moi une fièvre permanente avec des poussées de température au dessus de 38°.
Mon état de santé s'est dégradé au point que même les mèdecins de l'établissement pénitentiaire de la maison d'arrêt 99/1 ont dû confirmer mon incapacité à participer aux procédures judiciaires. L'aggravation était si évidente que le 23 octobre, plusieurs médecins spécialistes civils convoqués en présence du médecin responsable de la maison d'arrêt ont conclu, après m'avoir examiné, que je devais être hospitalisé d'urgence dans une clinique civile pour passer des examens approfondis, préciser la cause de cette fièvre et recevoir des soins.

Cependant, au lieu de l'application de la recommandation des mèdecins spécialistes, j'ai été de façon totalement inattendue transféré à l'infirmerie d'une autre maison d'arrêt, l'établissement pénitentiaire 77/1 de Moscou. C'est là que je me trouve depuis lors, toujours sans avoir reçu la chimiothérapie nécessaire. Et ce malgré le fait que le 31.10.2007 les enquêteurs ont reconnu officiellement qu'il était impossible de me procurer les examens et les soins nécessaires au sein de la maison d'arrêt.

Cependant, au lieu de me faire placer comme attendu dans une clinique civile spécialisée, le Tribunal de la Ville de Moscou a pris le 15.11 la décision de prolonger, sur demande des enquêteurs, le délai de détention provisoire jusqu'au 2 mars, ignorant complètement les conclusions des médecins spécialistes recueillies le 23.10 et présentées au tribunal par ces mêmes enquêteurs. Ils s'appuyaient en revanche sur une note falsifiée des médecins de l'établissement d'arrêt 77/1 en date du 29.10 affirmant que je me trouvais dans un "état satisfaisant" et que je pouvais prendre part aux procédures judiciaires. Et ce alors même que dans mon dossier médical figurait un relevé de température de 39° pour le 29.10.

Le lendemain, les enquêteurs ont donc repris la procédure de lecture du dossier d'accusation, qui avait été suspendue depuis un mois à cause de mon mauvais état de santé. De plus l'enquêteur chargé de cette formalité a cessé de me donner la possibilité prévue par la loi de faire des déclarations et de formuler des requêtes dans le protocole de lecture du dossier d'accusation, comme c'était jusque là quotidiennement le cas durant toute la période précédente. Ainsi je me suis trouvé à partir de ce moment privé de la possibilité de faire valoir mes droits en tant que prévenu, et, ce qui est le plus important, je n'ai pas pu indiquer dans le protocole mes explications concernant l'évolution de mon état de santé devenu incompatible avec la poursuite de la lecture du dossier d'accusation.

Cette situation a créé artificiellement les conditions d’une limitation illégale de mes droits et de ceux de mes avocats à prendre connaissance des accusations portées contre moi, ce qui a été concratisé par la décision du Tribunal Basmanny de Moscou fixant la limite du délai de lecture du dossier d’accusation au 15.01.2008.

Comprenant que personne n’avait l’intention de me donner l’accès aux soins médicaux qui me sont vitalement nécessaires, je me suis adressé le 26 octobre à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui, après avoir pris connaissance des documents fournis, a rendu un Arrêt ordonnant mon hospitalisation immédiate dans une clinique civile spécialisée. Cet Arrêt n’a pas été observé par la Fédération de Russie.

Le 06.12.2007 la Cour Européenne des Droits de l’Homme a réitéré son Arrêt, en précisant que je devais être hospitalisé au plus tard avant le 10.12.2007. Mais cet arrêt a été lui aussi ignoré par la Fédération de Russie, qui, au lieu de remplir ponctuellement ses obligations internationales dans le domaine du respect des droits de l’homme, a commencé à envoyer à Strasbourg des notes explicatives absurdes rédigées dans un mauvais anglais.
Il en a résulté une situation inédite, où la Cour Européenne des Droits de l’Homme s’est vue obligée d’exiger une troisième fois des autorités russes qu’elles se soumettent à sa décision de m’hospitaliser dans une clinique civile spécialisée avant le 27.12.2007.

Le comportement des autorités russes confirme pleinement le fait que non seulement les citoyens innocents persécutés dans le cadre de l’affaire Yukos ne sont protégés par aucune loi russe, mais qu’en plus ils sont de fait privés de toute possibilité de recours auprès d’institutions internationales de défense des droits de l’homme, pourtant officiellement reconnues par la Russie, comme c'est le cas de la Cour Européenne des Droits de l’homme.

Mais ces actions ne font pas que confirmer l’absence totale de lois en Russie, elles sont lourdres de conséquences tragiques pour moi personnellement. Durant les deux mois passés dans la soi-disante « infirmerie » de la prison, j’ai été contaminé par la tuberculose.

Ainsi, au bout de presque deux ans d’un emprisonnement illégal et avant même d’être jugé, étant déjà quasiment aveugle, j’ai été conduit aux portes de la mort par les actions conjointes, conscientes et préméditées des procureurs, des enquêteurs, des juges et des médecins de la prison.

Durant toute cette période, j’ai été soumis à une pression permanente visant à me faire porter des faux témoignages à charge contre d’autres dirigeants de la compagnie Yukos, en échange d’une libération pour raison de santé, c'est-à-dire en échange de la vie. C’est incroyable au 21 siècle, mais cela se produit dans la réalité, sous le voile du silence, de la dissimulation des faits et du mensonge.

J’en appelle à l’opinion publique russe et internationale pour arrêter ce lynchage absurde et sans fin de tous ceux qui ont été de près ou de loin liés à la compagnie « Yukos ». La présomption d’innocence, qui figure dans la Constitution russe ne doit pas se transformer en fiction et être foulée aux pieds au nom des intérêts de qui que ce soit.


Aleksanian Vassily Georgievitch, le 26.12.2007, Moscou

Orthographes possibles : Vassili, Vassily, Aleksanian, Aleksanyan, Alexanian, Alexanyan.

Libellés : , ,

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Vladimir Pereverzine, libre et révolté.

Bonne Année 2012 !

15 décembre.

Khodorkovsky - LE FILM.

Vassili Alexanian, une interview inédite.

Vassili, le dernier adieu.

Vassili Alexanian est décédé

Le Figaro: Au dernier jour de son procès, Khodorko...

Point final dans l'Affaire Alexanian

Le Figaro: Plus de procès pour un ancien de Ioukos...



Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs