Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
19.8.04

Libération: Ioukos et oukazes

Après la démocratie «dirigée», l'économie «contrôlée»... La Russie de Vladimir Poutine n'est pas près, décidément, de perdre son identité. La manière dont a évolué l'affaire Khodorkovski au cours de l'été prouve en effet que le Kremlin ne cherchait pas seulement à régler son compte à un oligarque qui avait osé s'avancer sur la scène politique et défier le Président, mais aussi à reprendre, autant qu'il le pouvait, un contrôle de la production pétrolière abandonné au cours des privatisations particulièrement sauvages des années 90.

Jeté en prison en octobre dernier et actuellement jugé pour fraude fiscale, Mikhail Khodorkovski aurait eu la possibilité, devant une justice réellement indépendante, de s'acquitter des arriérés d'impôts qui lui sont réclamés. Il aurait certes perdu le contrôle de Ioukos, mais sans mettre en péril l'existence de cette compagnie qui extrait environ 2 % du pétrole mondial. C'est ainsi qu'il a proposé de se séparer de ses actions pour éponger la dette de Ioukos ou de transférer à l'Etat russe ses participations dans une autre compagnie pétrolière de moindre importance, Sibneft. En vain. Ses propositions n'ont même pas reçu de réponse, le ministère de la Justice préférant opérer la saisie de la filiale la plus juteuse de Ioukos, Iouganskneftgas, pour la mettre en vente.

L'opération devrait se faire sans appel d'offres, pour écarter les compagnies étrangères, et sans doute à bas prix. Les experts parient que l'heureux bénéficiaire de la manoeuvre ne sera autre que Rosneft, comme par hasard la seule compagnie pétrolière encore propriété de l'Etat. Et, toujours comme par hasard, Vladimir Poutine a nommé à la fin juillet à la tête de Rosneft l'un de ses plus proches collaborateurs depuis 1990, l'ancien interprète soviétique au Mozambique Igor Setchine, qui était jusqu'alors chef adjoint de l'administration présidentielle. Autre hasard : cet homme de 43 ans, proche des «structures de force» (services, armée, police), vient de marier sa fille au fils du procureur général Vladimir Oustinov, celui justement qui a été chargé de requérir contre Mikhail Khodorkovski et d'augmenter régulièrement la somme qui lui est réclamée...

Cette conquête d'une des «hauteurs dominantes» de l'économie russe (l'expression est de Lénine) est, bien sûr, du plus mauvais effet pour les investisseurs étrangers et a fait grincer bien des dents à Washington, puisqu'elle revient à dire que le contrôle politique prime sur le droit de propriété. S'il est probable qu'elle décourage les petits porteurs occidentaux, son effet de dissuasion sur les compagnies pétrolières sera sans doute limité. D'abord parce que la demande en pétrole est en forte croissance, alors que l'offre reste insuffisante. Ensuite parce que ces compagnies se feront à l'idée de ne plus traiter avec des entreprises privées, mais de négocier directement avec le Kremlin pour obtenir un feu vert, comme cela se fait déjà pour le gaz, dont l'Etat russe a conservé le contrôle quasi intégral via Gazprom. Après tout, elles ont l'habitude de ne pas se montrer très regardantes sur la nature de leurs interlocuteurs.

Ascension en cours par l'Etat russe d'une autre «hauteur dominante» : le secteur bancaire. Les problèmes de liquidités qui ont affecté les banques privées russes au début de l'été ont créé une crise de confiance qui s'est traduite par des retraits massifs de ces institutions au profit des deux banques contrôlées par l'Etat, Sberbank et Vneshtorgbank. Confortée par la crise, Vneshtorgbank avala même à l'occasion, avec l'aide d'un prêt de la banque centrale, une des banques privées, Guta Bank. Et personne ne parle plus à Moscou de réformes destinées à limiter le monopole de fait dont jouit Sberbank, avec 62 % des dépôts et plus de 20 000 succursales dans le pays.

Ces prises de contrôle visent, bien sûr, à limiter le pouvoir d'initiative des oligarques issus des privatisations. Et à renforcer encore le pouvoir des silovikis, en général issus des services secrets et de l'armée, et bien souvent nostalgiques de l'ordre soviétique. C'est en effet dans ce vivier que sont recrutés les nouveaux apparatchiks de l'économie «contrôlée». Ainsi, comme naguère, s'impose de plus en plus une nouvelle nomenklatura, bien souvent issue de l'ancienne, et se dissipe un peu plus le mirage d'une démocratisation russe.

La Douma n'est plus qu'une Chambre d'enregistrement, les stations de télévision et de radio ont été mises au pas. Car, selon le message sur l'état de la nation de Vladimir Poutine, exposé en juillet dernier, l'heure est venue de lutter contre «les pressions politiques, économiques et médiatiques» destinées à affaiblir la Russie dans la compétition mondiale. Et c'est avec des accents quasi soviétiques que le chef du Kremlin a dénoncé les associations de défense des droits de l'homme qui bénéficient de «l'aide financière de fondations étrangères influentes ou russes», car «elles ne peuvent pas mordre la main qui les nourrit». Avant de s'exclamer : «Le renforcement de notre Etat a parfois été qualifié d'autoritarisme. Je voudrais dire à ce sujet : il n'y aura aucune révision des principes fondamentaux de notre politique.» Dommage !

Jacques Almaric

(Lu dans Libération)

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Vladimir Pereverzine, libre et révolté.

Bonne Année 2012 !

15 décembre.

Khodorkovsky - LE FILM.

Vassili Alexanian, une interview inédite.

Vassili, le dernier adieu.

Vassili Alexanian est décédé

Le Figaro: Au dernier jour de son procès, Khodorko...

Point final dans l'Affaire Alexanian

Le Figaro: Plus de procès pour un ancien de Ioukos...



Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs