Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
16.2.05

Le Temps : Affaire Yukos: des sociétés suisses demandent à Christoph Blocher de stopper l'entraide à la Russie

JUSTICE. Le Conseil de l'Europe a dénoncé l'influence du Kremlin dans la procédure menée à Moscou contre Mikhaïl Khodorkovski, ex-magnat du pétrole. La Suisse peut-elle voter une telle résolution tout en continuant à coopérer à l'enquête russe? Pour les avocats genevois des sociétés, la réponse est non.


Fati Mansour
Mercredi 16 février 2005

L'affaire Yukos risque bien de devenir encombrante pour la Suisse. Les avocats genevois de quatre sociétés visées par les blocages de fonds ont écrit le 6 janvier dernier à Christoph Blocher afin que ce dernier intervienne dans la procédure et refuse d'ores et déjà l'entraide à la Russie au nom de l'ordre public et des intérêts essentiels du pays. Mes Bruno de Preux et Patrick Hunziker s'appuient notamment sur un rapport et une récente résolution du Conseil de l'Europe dénonçant l'influence néfaste du Kremlin sur ce dossier pour appeler le conseiller fédéral à mettre un terme à une coopération qui heurte le sentiment du droit. Enfin, les avocats font vibrer une autre corde que l'on devine particulièrement sensible chez le chef du Département fédéral de justice et police (DFJP): les intérêts de la place financière helvétique. La réputation de celle-ci imposerait de ne pas sacrifier des sociétés de droit suisse sur l'autel d'une requête étrangère manifestement orientée politiquement.

C'est un nouvel épisode dans un feuilleton qui a commencé en été 2003 avec l'arrestation à Moscou de Platon Lebedev, actionnaire principal de Yukos, puis du milliardaire et désormais ex-patron, Mikhaïl Khodorkovski, pour escroquerie et fraude fiscale à grande échelle. La volonté du Kremlin de contrôler la plus grande compagnie pétrolière du pays et d'écarter un potentiel rival a été largement dénoncée. Sabine Leutheusser-Scharrenberger, ancienne ministre allemande de la Justice et auteure d'un rapport de la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme du Conseil de l'Europe sur l'affaire Yukos, n'a pas dit autre chose dans les 29 pages consacrées à cette question.

La parlementaire dénonce l'influence du pouvoir exécutif sur les juges, la partialité des autorités, l'implication des services secrets, les mesures de contrainte à l'encontre des avocats, les pressions exercées par des hommes armés sur des particuliers, les conditions de détention, les huis clos injustifiés: «L'action de l'Etat va au-delà de la simple poursuite de la justice, en incluant des éléments tels que l'affaiblissement d'un adversaire politique déclaré, l'intimidation d'autres personnes riches et la reprise du contrôle d'actifs économiques stratégiques.» Adopté à l'unanimité des membres présents, moins les trois représentants de la Fédération de Russie, le rapport ainsi qu'une résolution ont ensuite été votés le 25 janvier dernier lors de l'Assemblée plénière. Cette dernière conclut à une «attaque coordonnée par l'Etat» et exhorte les autorités exécutives russes à garantir la pleine indépendance de la justice. La délégation suisse s'est d'ailleurs prononcée en faveur de cette résolution, indique son président, le socialiste zurichois Andreas Gross. «Il est important que celle-ci devienne un sujet de réflexion», ajoute ce dernier.

Cette résolution est en tout cas du pain bénit pour les défenseurs des multiples sociétés et personnes frappées en Suisse par des saisies tous azimuts. Rappelons que la procédure d'entraide, diligentée par le Ministère public de la Confédération, a atteint un chiffre record de 6,2 milliards avant que le Tribunal fédéral ne revoie à la baisse certains séquestres considérés comme disproportionnés. Aujourd'hui, quatre de ces sociétés, basées à Fribourg et à Genève, actives dans le négoce de minerai d'apatite, suspectées d'être mêlées à des ventes frauduleuses et dont les ayants droit sont Mikhaïl Khodorkovski, Platon Lebedev, Alexeï Golubovich et d'autres hommes d'affaires associés au groupe industriel Menatep, en appellent à une décision politique de Christoph Blocher.

«La Suisse ne saurait de bonne foi condamner la Fédération de Russie en sa qualité de membre du Conseil de l'Europe et octroyer l'entraide en sa qualité d'Etat requis sans mettre en péril sa propre crédibilité», font valoir Me de Preux et Hunziker. Pour les avocats, le chef du DFJP est en mesure aujourd'hui de prendre une décision politique dans ce dossier et de mettre un terme au travail colossal qu'effectue le Ministère public de la Confédération. Ce d'autant plus que ces efforts pourraient se révéler bien inutiles si le caractère abusif de la demande russe, soit le fait de camoufler les buts réels de la poursuite, est reconnu en bout de course. «En théorie, seules les personnes physiques visées par la procédure en Russie peuvent en invoquer les vices. Les sociétés suisses se prévalent cependant de l'ordre public car elles ont été paralysées dans leur activité par des saisies sollicitées dans un but purement discriminatoire. Le Ministère public de la Confédération devra d'ailleurs examiner ce problème s'il veut transmettre de bonne foi les documents des sociétés. En effet, cet examen lui sera imposé tôt ou tard par les prévenus», concluent les défenseurs.

Le sujet est suffisamment sensible pour que le département affiche prudence et réserve. «La demande est bien parvenue à Christoph Blocher et l'Office fédéral de la justice est désormais chargé de préparer une décision», précise Folco Galli. A ce stade des opérations, le porte-parole de l'OFJ n'en dira pas plus. De son côté, le Ministère public de la Confédération est plongé dans le tri des pièces qui devront prendre ou ne pas prendre le chemin de Moscou.


Le recours à la raison d'Etat reste exceptionnel
Pour le Conseil fédéral, l'intérêt du pays réside dans la coopération.
Fati Mansour

L'article premier de la loi sur l'entraide internationale en matière pénale stipule que la Suisse coopère à la répression des délits à l'étranger dans les limites de sa souveraineté, de sa sûreté, de son ordre public ou de ses autres intérêts essentiels. Il incombe au Département fédéral de justice et police de décider si l'entraide doit être refusée pour un de ces motifs. Le Conseil fédéral dispose d'un ultime pouvoir d'examen.

En pratique, cette prérogative permettant de court-circuiter des procédures par ailleurs bien fondées pour des raisons exclusivement politiques reste du domaine de l'exception. «Il y a eu une demi-douzaine de cas examinés et jamais de décision refusant la coopération», relève Folco Galli.

Préserver l'image de la Suisse

Récemment, Christoph Blocher a ainsi rejeté une requête visant à faire constater que l'octroi de l'entraide dans l'affaire des frégates de Taïwan, en violation du secret-défense français, nuirait aux intérêts essentiels de la Suisse. Le cas est désormais en mains du Conseil fédéral, précise le porte-parole de l'Office fédéral de la justice (OFJ). En mars dernier, le même Christoph Blocher refusait de faire barrage à une coopération avec la France concernant Jean-Charles Marchiani, bras droit de l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua.

Partant du principe que la place financière suisse ne doit pas être utilisée de manière abusive et qu'il faut se montrer bon élève en ce domaine, l'assistance aux Etats reste donc la voie privilégiée. En juin 2002, le Conseil fédéral avait même été jusqu'à utiliser les pleins pouvoirs que lui confère la Constitution pour maintenir le blocage des fonds de l'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier malgré l'échec programmé de la procédure d'entraide avec Haïti. La libération pure et simple des fonds était une issue jugée néfaste pour l'image d'une Suisse encore trop assimilée à un coffre-fort pour potentats déchus. Ce même type de «saisie politique» avait marqué le début de ce qui allait devenir l'interminable affaire des fonds Marcos. Autant dire que la tendance n'est pas à l'abandon des poursuites. Mais les temps peuvent encore changer.

(Lu dans Le Temps, 16.02.2005)
Publié à 21:57 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Le Monde : Ioukos prépare de nouveaux recours cont...

Le Monde : M. Poutine punit un "sherpa" trop criti...

Le Monde : Pour desservir l'Asie en pétrole, Mosco...

Le Monde : La Russie veut associer la Chine à la r...

ATS : Affaire Ioukos: Rosneft a pris le contrôle e...

Reuter : Un conseiller de Poutine accuse la Russie...

AFP : MOSCOU (AFP) - Ioukos: le chinois CNPC pourr...

Libération : La fusion Gazprom-Rosneft n'inclura p...

AFP : Vassili Axionov, dissident littéraire d'hier...

Libération : L'ancien patron de Ioukos critique Po...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs