Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
19.5.05

L'AGEFI : Khodorkovski : réquisitoire contre la réussite en Russie

Devenir très riche dans l'empire de Vladimir Poutine est mal vu. Surtout quand on est juif, ce que sont les oligarques.

«Un bon oligarque est un oligarque en taule», pensent la plupart des Russes. C'est pourquoi ils sont pauvres. Au football comme en musique, comme dans les affaires, le respect qui entoure la réussite suscite les vocations. Une caractéristique des pays pauvres est que l'élite y préfère la carrière administrative au négoce, l'armée à la production, elle y vit de l'impôt plutôt que de créer la richesse qui le finance.


Un procès qui ne suscite même pas l'indignation

Depuis Custine, nous savons que la Russie est un charmant pays de poètes, de savants et de brutes. La vile fonction de travailler pour s'enrichir était bonne pour les juifs. Sept décennies de socialisme n'ont pas fait progresser les mentalités. Les oligarques sont doublement tarés : ils sont juifs et insolemment riches.

Le mépris des Russes pour leurs meilleurs créateurs de prospérité n'est pas loin d'être partagé à l'étranger. Le procès fabriqué de toutes pièces contre Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev suscite à peine une indignation polie. Le président Bush laisse à sa secrétaire d'Etat le soin d'émettre des réserves. La France des droits de l'homme se tait. Amnesty International, après un an d'atermoiements, publie enfin une vive critique des méthodes poutiniennes, sans néanmoins reconnaître à Mikhaïl Khodorkovski son statut de prisonnier politique (on se demande bien ce qu'il est d'autre).

Est-ce parce qu'ils sont juifs qu'on ne les aime pas?

Pourquoi tant de réticence à l'égard des oligarques? Qu'ils soient juifs s'explique aisément. Ils ont commencé leur carrière dans les années 80, à peine sortis de l'adolescence, lorsque l'administration Andropov a fermé les yeux sur la formation d'un «marché gris» (ce que nous appelons ici un «marché libre»). Mais ce n'est pas parce qu'une activité cesse d'être criminalisée qu'elle devient honorable. Un bon apparatchik n'eût pas voulu que sa fille épousât un «trafiquant»; et donc ceux qui s'engagèrent dans cette activité d'importer des pièces détachées d'ordinateurs (comme Khodorkovski), d'approvisionner les magasins en denrées introuvables, de vendre les surplus des entreprises d'Etat, furent ceux que leur origine ethnique ne destinait pas aux plus hautes fonctions du cursus soviétique, notamment les juifs.

En 1988, Gorbatchev légalisa la création de sociétés privées. Qui d'autre que ces entrepreneurs du marché gris avaient accumulé le capital pour les impulser? Ces jeunes gens se paraient du titre de banquier. Mais pour Ivan le bon Soviétique, ils restaient des juifs indécrottables qui deux ans plus tôt vendaient des choux au cul d'un camion.

Qui avait de quoi payer de tels empires?

Non seulement juifs, donc, mais Crésus. L'économie russe, contrairement à celle des autres pays de l'Est, repose sur l'exploitation de matières premières. Pétrole, minerais, forêts: dame Nature a gâté le pays. Eltsine, devenu président, était pressé par tout l'Occident de privatiser les entreprises d'Etat sclérosées, polluantes, pillées par des dirigeants redevables à des administrations incompétentes et corrompues.

Vendre ces entreprises, donc, mais à qui? Quels Russes avaient les milliards de dollars pour payer le prix de marché d'une Norilsk, le plus grand producteur de nickel et palladium du monde; d'une Loukoïl, dont les réserves pétrolières dépassent celles d'ExxonMobil? Pas les «banquettes» créées trois ans auparavant qui émergeaient à peine de l'économie informelle. Après tout, le but du collectivisme était bien de faire disparaître le capital des mains privées. Alors, distribuer les actions de ces entreprises également à tous les foyers? La solution, brièvement tentée avec les vouchers, consolidait simplement le pouvoir des dirigeants en place, irresponsables devant une masse de petits porteurs indifférents.

Il était politiquement impensable de transférer la propriété des ressources naturelles du pays à des multinationales étrangères, quels que fussent les milliards payés. Le gouvernement russe du président Eltsine a donc pris la seule décision juste pour le bien du pays: il a donné les entreprises d'Etat à ceux de ses citoyens qui avaient manifesté un talent d'entrepreneur.


Juste ou pas juste, ce n'est pas la question

Du jour au lendemain, une douzaine d'oligarques sont devenus milliardaires. Injuste? Pas plus que pour le fermier de l'Oklahoma ou le Bédouin d'apprendre qu'il a du pétrole sous les pieds. Les oligarques qui avaient du talent - et Khodorkovski en débordait - ont rationalisé la production, engagé les meilleurs spécialistes étrangers, investi, développé la production et, sur les profits multipliés, repayaient en impôts ce qu'ils n'avaient pu payer à l'achat. (Car justement, contrairement à ce qu'affirment ses accusateurs poutiniens, Ioukos payait ses impôts. Les réviseurs ne sont pas infaillibles, mais on voit mal comment PriceWaterhouse, qui contrôlait les comptes de Ioukos, aurait pu se tromper de 25 milliards de dollars dans ses calculs, la somme que réclame le fisc russe, soit 2,5 fois le chiffre d'affaires de la compagnie!)

Un pays a les héros qu'il mérite. Les jeunes Américains rêvent d'être les émules de Bill Gates, les Argentins de Maradona. Si les jeunes Russes ne voient pas en Khodorkovski un entrepreneur visionnaire, sobre de moeurs, politiquement libéral et magnifiquement philanthrope, un modèle pour leur avenir, alors leur pays redeviendra vite la proie de ses vieux démons.

Christian Michel, Agefi, 19 mai 2005
__________
C'est vrai qu'il y a un fort antisémitisme en Russie. C'est vrai qu'on a tendance à faire l'amalgame entre oligarque, juif, riche et ennemi du peuple. Cependant dans le cas de Khodorkovski il faut quand même préciser que seul son père est d'origine juive.
Publié à 00:30 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Le Monde : Ioukos, pour l'exemple

NOVOSTI : Plusieurs dizaines de personnes arrêtées...

AFP : Procès Ioukos: jugement suspendu mais vers u...

AFP: Procès Ioukos: Khodorkovski au tribunal pour ...

Courrier International : BORIS BEREZOVSKI - La jus...

Le Nouvel Obs : Portrait Mikhaël (sic!) Khodorkovs...

Le Monde : Une figure emblématique des oligarques ...

Voilà: Nouveau chef d'accusation contre Khodorkovs...

Libé: Ioukos condamnée à verser 22,4 milliards de ...

Le Monde : Leonid Nevzline tente d'organiser l'opp...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs