Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
25.12.04

"Un espoir démocratique"

Jacques Sapir
est économiste, directeur d'études à l'EHESS, notamment spécialiste de la Russie.

La compagnie pétrolière d'Etat Rosneft a acquis aujourd'hui les actifs pétroliers de Ioukos, vendus dimanche dernier, en devenant propriétaire de Iouganskneftegaz. Pensez-vous que cette nationalisation était prévue depuis le début des poursuites contre le groupe pétrolier en 2003 ?
- Je crois qu'il est clair que Vladimir Poutine sort gagnant de cette affaire. Mais lorsque celle-ci commence en 2003, rien n'était décidé. Il y avait une volonté de voir l'Etat reprendre un contrôle sur la rente pétrolière. D'abord pour des raisons économiques, car il y avait une crainte de voir l'économie pétrolière déstructurer le marché.
Ensuite pour des raisons fiscales car les possibilités de dissimulations sont très grandes.
Enfin, pour des raisons géostratégiques car les décisions des compagnies pétrolières relèvent plus de la politique que du marché. Il n'était alors pas nécessaire d'aller jusqu'à la nationalisation.
Mais les choses ont évolué car Khodorkovski a résisté en refusant un compromis fin 2003.
De plus, fin novembre, la cour des comptes a publié sur son site web un rapport dévastateur sur les privatisations de 1995-1996. La pression était alors assez forte pour dire "les propriétaires sont des voleurs", "l'Etat doit retrouver sa mise". Et puis le pouvoir estime que l'Etat doit posséder un instrument économique. Tout cela implique un contrôle direct sur la rente pétrolière.
Quant à la démarche entreprise auprès du tribunal de Houston, je vous rappelle que la question du rôle du droit commercial relève de la politique et non du droit.
L'Etat américain laisse une obscure cour californienne titiller la France à travers l'affaire du Crédit Lyonnais. De même, si le tribunal de Houston poursuit ses démarches dans l'affaire Ioukos, c'est que l'Etat américain l'aura décidé. Mais je crois que Moscou se fera un peu plus rugueux que Paris envers les Etats-Unis.
Il me semble par ailleurs que la logique du conflit n'est pas la bonne pour Menatep, la holding qui contrôle Ioukos. Celle-ci s'est quand même faite sur le détournement de la caisse des jeunesses communistes. Il me semble que lorsqu'on réussit dans ces conditions, on ne peut exiger ensuite l'application du droit.

Cette reprise en main du secteur par Vladimir Poutine ne risque-t-elle pas d'effrayer les investisseurs étrangers ? Pourquoi le président russe parlait-il hier d'ouvrir le secteur pétrolier russe à la Chine?
- Tout d'abord, il faut regarder les réalités en face : il y a peu d'investisseurs étrangers en Russie et l'affaire Ioukos ne risque donc pas d'avoir une influence néfaste pour cela. Les quelques investisseurs étrangers ne sont d'ailleurs pas dans le secteur pétrolier. Ils savent donc qu'ils n'ont rien à craindre car Vladimir Poutine ne se tourne que vers les matières premières, ce qui d'ailleurs me semble justifié. Je vous rappelle que c'est quand même ce qu'a fait la France à certains moments.
Concernant la Chine, l'ouverture vers ce pays est d'abord purement économique: il suffit de regarder le marché des matières premières pour voir que la Chine pèse un poids de plus en plus lourds sur ce dernier. Or la Russie possède des matières premières et la Chine est en demande. Il est logique qu'une entente se fasse.
Ensuite il s'agit d'une question de géostratégie: pour les Chinois, l'occupation de l'Irak par les Etats-Unis est une menace.
Certains ont dit que ceux qui contrôleront les champs pétroliers du Golfe contrôleront le développement de la Chine. Pékin cherche donc à substituer la Russie à l'Irak.
Enfin, il s'agit d'une question de géostratégie russe: la Russie se reconstruit après la crise de 1998. Elle se sent menacée par les Etats-Unis et cherche des alliés, notamment en Asie. Elle a, ne l'oublions pas, une très longue frontière avec la Chine et le commerce entre les deux pays fait vivre toute la région frontalière. De bonnes relations sont donc capitales. Les renforcer encore est un moyen de dire aux Etats-Unis : "vous ne pouvez pas faire tout ce que vous voulez dans le monde, nous sommes là".

L'ancien patron de Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, est depuis environ un an en prison. Certains ont affirmé qu'il s'agissait aussi de la mise à l'écart d'un opposant de Vladimir Poutine, qu'en pensez-vous ?
- La question ici est: "quel peut être l'avenir d'un homme qui était richissime mais qui avait construit son empire sur une collusion avec le pouvoir précédent?" Mikhaïl Khodorkovski est un homme qui a su se placer auprès du pouvoir eltsinien et a profité du dépeçage de la Russie soviétique.
Prétendre ensuite s'afficher comme un politique indépendant pose un problème d'éthique. Il utilisait ses moyens financiers pour acheter des organes de presse.
Jusqu'où peut-on permettre à des fortunes aussi troubles de s'investir dans le jeu politique ? Ce que dit Vladimir Poutine lorsqu'il fait arrêter Mikhaïl Khodorkovski, sur un dossier tout à fait solide d'ailleurs, c'est "je veux bien des hommes d'affaires, prouvez que vous pouvez mener à bien une industrie, mais je ne veux pas d'homme construisant un Etat dans l'Etat". Il ne peut y avoir de démocratie en Russie tant qu'il y aura une féodalité financière.
De toutes façons, la presse n'est pas indépendante en Russie depuis 1995-1996. A cette époque-là, les médias occidentaux n'ont pas bronché et commencer à se montrer sourcilleux aujourd'hui ne me semble ni sérieux ni honnête.
Pour moi, il ne peut y avoir de solution qu'à moyen ou long terme et cette solution ne peut passer que par la sortie d'une économie de rente.
Pour qu'il y ait un Etat démocratique, il faut que les richesses correspondent à une économie réelle. Celle-ci est nécessaire pour construire la base sociale.
Les conseillers de Vladimir Poutine n'ont pas ça en tête lorsqu'il favorise le développement de l'industrie pétrolière. Mais peu importe. Cette initiative est enclenchée, même à leur insu. Une politique qui vise à reconstruire l'économie est porteuse d'espoir démocratique.

Propos recueillis par Céline Louail
(le jeudi 23 décembre 2004)

(Le Nouvel Observateur, 24.12.2004)
Publié à 13:58 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Le billard russe de Ioukos

Le Monde : Les investisseurs prennent leurs distan...

Poutine reprend en main le pétrole russe

Reuters : Poutine défend le rachat de Iougansk par...

Le flou s'est dissipé

De nouveau, le flou complet...

Le Figaro : Des oligarques de «deuxième génération...

Le Monde : Vladimir Poutine approuve la vente cont...

Déclaration de Mikhaïl Khodorkovski

SCOOOP ! (Méfiez-vous de vos voisins...)



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs