Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
25.12.04

Honte.

En lisant cette interview de Jacques Sapir (cf ci-dessous) je ne peux qu’éprouver un sentiment de honte pour la communauté des chercheurs et spécialistes « notamment ( sic!)» de la Russie que M. Sapir compromet par ses déclarations. N’avions nous pas tiré les leçons de l’aveuglement d’une bonne partie de la communauté intellectuelle française vis-à-vis de l’Union Soviétique, celle-là même qui niait la réalité des camps et s’enthousiasmait devant les réalisations de l’économie soviétique ? Non, nous ne les avons pas tirées.

Relevons pour commencer quelques erreurs factuelles et absurdités, comme la phrase signalant que Mikhaïl Khodorkovski « utilisait ses moyens financiers pour acheter des organes de presse » où le pluriel et l’itératif sont manifestement de trop (Khodorkovski est propriétaire du seul quotidien Les Nouvelles de Moscou, dont le poids est dérisoire face au contrôle absolu exercé par l’État sur tout l’audiovisuel), et qui devrait tout de même faire lever quelques sourcils dans un pays – le nôtre – où la quasi-totalité des groupes de presse appartient également à des hommes d’affaires sans que cela n’ait encore servi de prétexte à leur incarcération .

L’analyse de M. Sapir portant sur la politique étrangère énergétique de M. Poutine est tout simplement stupéfiante. En effet, l’un des points de friction bien connu entre Khodorkovski et Poutine était la direction que devaient prendre les exportations de brut russe. Alors que Khodorkovski souhaitait précisément développer son partenariat commercial avec la Chine, Poutine exigeait quant à lui que l’oléoduc soit dirigé vers le Japon. Comment expliquer ce revirement brutal ? L’intérêt économique du projet élaboré par Khodorkovski aurait-il finalement séduit les conseillers de Poutine… à partir du moment où ces derniers en devenaient les principaux bénéficiaires ?
Mais y a-t-il encore une véritable politique étrangère russe en ce moment ? Elle ressemble à un bateau ivre, barrant tantôt à droite, tantôt à gauche, sous l’effet des crises de colères des hommes du pouvoir contre tel ou tel pays, et sur fond . Tantôt Poutine soutient Bush dans sa campagne électorale et le félicite de sa victoire, tantôt il met en doute la légitimité des élections américaines. Une année Poutine décide de favoriser le Japon face à la Chine, l’année suivante il fait le contraire…

Mais c’est surtout la phrase de conclusion de cette interview qui est un concentré d’hypocrisie et de contre-vérités : « Pour qu'il y ait un Etat démocratique, il faut que les richesses correspondent à une économie réelle. Celle-ci est nécessaire pour construire la base sociale. Les conseillers de Vladimir Poutine n'ont pas ça en tête lorsqu'il favorise le développement de l'industrie pétrolière. Mais peu importe. Cette initiative est enclenchée, même à leur insu. Une politique qui vise à reconstruire l'économie est porteuse d'espoir démocratique. »

La seule concession au réalisme dans cette petite merveille de jésuitisme est l’aveu que les conseillers de Poutine n’ont pas « ça » (comprenez – la démocratie et le bien public) en tête lorsqu’ils font glisser dans leur poche le plus beau fleuron de l’industrie pétrolière russe. Mais les représenter, en quelque sorte, comme « une partie de cette force qui veut toujours le mal, et fait toujours le bien » ne me semble pas témoigner d’une vision politique très sobre.

En quoi la confiscation d’une entreprise par une autre – moins rentable et moins bien gérée et qui ne sert les intérêts de l’État qu’en apparence – peut elle être interprétée en terme de mise en correspondance des richesses et d’une économie réelle ?! C’est bien la preuve au contraire que le pouvoir russe actuel construit toute sa politique économique sur une conjoncture favorable, mais temporaire : le niveau exceptionnellement élevé des prix du pétrole. Comme à l’époque communiste, le décalage s’accentue entre d’un côté l’optimiste volontariste des discours officiels et des objectifs à atteindre, et la réalité de la croissance qui se ralentit, des investissements qui stagnent et d’un PIB inférieur à celui du Portugal. Aucune idée nouvelle dans cette politique économique, aucune réforme de fond, rien que la prise de contrôle d’actifs particulièrement juteux par une mafia familiale proche de Poutine qui n’a rien à envier à celle qui entourait le président Eltsine. M. Sapir, vous qui êtes si prompt à dénoncer les collusions et convergences d’intérêts dans l’entourage de l’ex-président russe, les liens familiaux existants entre le procureur général et le principal bénéficiaire de l’ affaire Ioukos Igor Setchine ne vous « interpellent » pas, comme on dit ? Les détails du rachat de la compagnie des Pétroles du Nord (Severnaja Neft’) ne sont-ils pas connus d’un spécialiste de la Russie de votre envergure ? (La petite compagnie appartenant à l’ex-ministre Vavilov a été rachetée pour 600 millions de dollars – un prix deux fois supérieur à sa valeur réelle – par la désormais célèbre compagnie « d’État » Rosneft, donc avec l’argent du contribuable russe. La différence a été « équitablement » partagée entre les différents protagonistes de l’affaire – Vavilov, Setchine et Bogdanchikov – en échange de l’immunité judiciaire promise par ces bons amis de Poutine à Vavilov.)

Enfin, comment peut-on sans rougir affirmer que l’affaire Ioukos est porteuse d’en « espoir démocratique », lorsque le prix à payer pour cette expropriation est la compromission du système judiciaire dans son ensemble et sa soumission totale à l’exécutif ? Lorsque, au lieu de réformer le système fiscal et de boucher les trous que certaines entreprises ont utilisés dans le passé pour réduire excessivement leur charge fiscale (et que d’autres entreprises continuent d’utiliser avec la bénédiction du Kremlin), le pouvoir se livre à l’élimination sélective des contribuables concernés ? Lorsque, pour se prémunir d’une contestation populaire (bien improbable dans un pays baignant dans une idéologie revancharde abondamment relayée par les médias), le pouvoir n’a de cesse de réduire les libertés d’expression (droit de manifester interdits dans de nombreux endroits, notamment aux abords des… tribunaux, complication permanente des procédures d’enregistrement de partis politiques, relèvement du seuil minimal de représentation à la Douma (de 5 à 10 % des voix), attaques permanentes contre les Associations de Défense des Droits de l’Homme…) ?

Que des considérations de realpolitik conduisent nos hommes politiques à fermer les yeux sur ce cas scandaleux peut sinon se justifier, du moins se comprendre, mais lorsque des chercheurs et des spécialistes ayant vocation à former des étudiants jonglent ainsi avec les notions de droit et de justice, occultent des faits et en déforment d’autres, on finit par se demander à quel niveau se situent les « problèmes d’éthique » !

L'Observatrice
Publié à 19:00 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


"Un espoir démocratique"

Le billard russe de Ioukos

Le Monde : Les investisseurs prennent leurs distan...

Poutine reprend en main le pétrole russe

Reuters : Poutine défend le rachat de Iougansk par...

Le flou s'est dissipé

De nouveau, le flou complet...

Le Figaro : Des oligarques de «deuxième génération...

Le Monde : Vladimir Poutine approuve la vente cont...

Déclaration de Mikhaïl Khodorkovski



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs