Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
7.7.06

Le Figaro : L'économie russe aux mains de la nouvelle caste au pouvoir

Vladimir Poutine, qui s'apprête à recevoir ses partenaires du G 8, a pris l'habitude de placer ses proches à la tête des grandes entreprises.

LA VAGUE de renationalisations qui agite la Russie, en confortant au passage l'autorité de Poutine et de ses proches, fragilise les succès économiques du pays. À première vue, l'économie russe se muscle à grande vitesse : croissance de 6 à 7 % par an ; montée de grandes entreprises comme Rosneft, Gazprom ou Severstal à l'assaut de groupes étrangers et des marchés internationaux ; entrée de Moscou au top 50 des villes les plus chères du monde... Mais derrière ces données flatteuses, les logiques politiques qui dominent les choix économiques russes fragilisent la dynamique de développement. Comme à la bonne vieille époque soviétique, c'est la volonté de puissance de l'État russe et des hommes qui le dirigent qui prime.

L'impressionnante vague de renationalisations qui, depuis trois ans, ne cesse de s'accélérer, est à cet égard caractéristique. Secteur énergétique, aéronautique, automobile, nucléaire, bancaire. À chaque fois, il s'agit de « renationaliser des entreprises privées en bonne santé, rachetées par des entreprises publiques sous-performantes », s'inquiète l'économiste américain Anders Aslund. À chaque fois, poursuit ce spécialiste des économies postcommunistes, cette renationalisation cache une redistribution rampante des grands fleurons industriels au profit des clans poutiniens, puisque des fonctionnaires haut placés, en général issus des services spéciaux FSB et appartenant au cercle des intimes de Vladimir Poutine, prennent la tête de ces nouveaux groupes d'État omnivores à la très grande opacité. Alors que les barons de l'époque eltsinienne sont en exil, en prison ou forcés de se faire discrets, une nouvelle oligarchie aux ordres du prince émerge.

L'héritier de Poutine, président de Gazprom« C'est Russia Inc. ! », résume l'ancien conseiller économique du président, Andreï Illarionov. Ainsi le premier vice-premier ministre Dimitri Medvedev, « héritier » potentiel de Poutine, est-il devenu président du géant gazier Gazprom, tandis qu'Igor Setchine, chef adjoint de l'administration présidentielle, accédait à la présidence de la compagnie pétrolière Rosneft construite sur les ruines du défunt empire Ioukos. Un autre chef adjoint de l'administration du Kremlin, Viktor Ivanov, est à la tête d'Aeroflot, compagnie aérienne en passe de racheter plusieurs compagnies régionales.

Un troisième adjoint, Vladislav Sourkov, préside la compagnie de transport de produits pétroliers (Transnefteprodukty). Un quatrième, Sergueï Prikhodko, concilie ses activités de spécialiste des relations internationales du Kremlin avec la présidence de Tvel, l'un des producteurs mondiaux de combustible nucléaire. On trouve aussi des oligarques ministres, comme Alexeï Koudrine (Finances) qui a pris la présidence d'Alrosa, monopole de l'extraction de diamants en Russie ; ou comme Alexandre Joukov, vice-premier ministre qui préside les Chemins de fer.

Dans toutes ces compagnies, la part de l'État se renforce, même « s'il reste impossible de connaître l'identité de tous les actionnaires, vu les montages compliqués qui caractérisent l'économie russe », note un homme d'affaires français. Cette part a augmenté de 31 % en 2005, l'actionnaire étatique dépensant 17,4 milliards de dollars dans des acquisitions diverses.

Avec l'achat de Sibneft par Gazprom à un prix jugé démesuré par les observateurs, et la captation de Ioukos par Rosneft, l'Etat contrôle désormais un quart de la production pétrolière, alors que celle-ci était à 90 % privée en 1999. Et le mouvement s'étend. Rozboronexport, l'agence étatique d'exportations d'armes, a racheté la compagnie automobile russe Avtovaz et serait en lice pour l'acquisition de VSMPO-Avisma, premier producteur mondial de titane et gros fournisseur de Boeing et Airbus, qui vient - par une coïncidence que l'intéressé voit comme un chantage - de se voir rattrapé par le fisc russe, qui lui réclame 2 milliards de roubles... Gazprom est devenu l'actionnaire majoritaire de l'entreprise de constructions mécaniques OMZ et du complexe Atomstroïexport (centrales nucléaires)...

Pour justifier cette redistribution de la propriété, le Kremlin invoque la nécessaire création de « champions industriels russes », susceptibles de défendre les intérêts du pays. Mais outre qu'il s'agit, là encore, d'un argument politique, les experts indépendants soulignent que l'efficacité de ce nouveau capitalisme d'État russe est loin d'être acquise.

L'efficacité du nouveau capitalisme en questionLe cas du secteur énergétique, où se sont produites les premières renationalisations dès 2003, et où les conséquences du retour de l'État peuvent déjà être mesurées, n'est pas encourageant. Alors que le secteur pétrolier avait connu un essor impressionnant entre 1995 et 2000, avec une hausse de la production de près de 8 %, les barons pétroliers se convertissant au management occidental, la chute de la croissance (2,5 % en 2005, à peine 1,7 % sur les quatre premiers mois de cette année, dans un marché en plein boom) est sensible.

Depuis que la persécution gouvernementale a rendu impossible l'administration de Ioukos, ses investissements et ses niveaux de production s'effondrent. Rosneft, de son côté, a peu investi, car a consacré l'essentiel de ses disponibilités à de nouvelles acquisitions. Un rapport de l'agence financière Standard and Poor's, qui a évalué les performances de onze groupes russes contrôlés par les pouvoirs publics, fait écho à ces préoccupations. « La transparence des entreprises contrôlées par l'État est entravée par la tendance qu'ont les responsables gouvernementaux et certains personnes privées à utiliser leur influence pour promouvoir des objectifs politiques et personnels... souvent éloignés des motifs commerciaux de ces entreprises », dit le rapport.

Même Gazprom, géant gazier au potentiel extraordinaire, mais à la gestion opaque, suscite des inquiétudes. Selon Vadim Kleiner, qui gère un fonds d'investissement (actionnaire minoritaire de Gazprom), l'actionnariat du géant gazier est le « secret le mieux gardé du monde ». Un brouillard épais entoure l'identité d'un tiers des titres (!), pudiquement dissimulés derrière le nom sybillin « d'entités légales russes ».

Alors que beaucoup d'experts s'inquiètent de la dispersion des investissements de Gazprom dans des secteurs aussi divers que la porcelaine ou les médias, l'Agence internationale de l'énergie s'est récemment inquiétée du manque d'investissements de Gazprom dans les nouveaux champs de Iamal.

Le gaz pourrait venir à manquer dès 2010, a prévenu l'AIE, un diagnostic qu'a confirmé récemment le patron de la compagnie d'électricité RAO-UES Anatoli Tchoubais, d'ordinaire très prudent vu ses relations compliquées avec le pouvoir. Le géant énergétique russe que Vladimir Poutine entend faire respecter au G 8 aurait-il des pieds d'argile ?

(*) Le G8 comprend les Etats-Unis, le Japon, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada, la Russie et l'Italie.

LAURE MANDEVILLE.
Publié le 07 juillet 2006
Publié à 19:46 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


MANIFESTATION LE 26 JUIN

Un été à l'ombre

Le Figaro: Le combat dostoïevskien de Mikhaïl Khod...

Le Monde: Le procureur général, Vladimir Oustinov,...

Petite mise au point sur l'affaire Clearstream

Libération : Plus très orthodoxe

Malade et isolé

Le lycée fondé par Khodorkovski mis sous séquestre...

Libération : Questions à... Bob Amsterdam, l'avoca...

AFP : la vie de Khodorkovski en danger, selon son ...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs