Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
16.11.05

Libération : Au bagne de Sibérie

Khodorkovski, l'ancien roi du pétrole russe, opposant gênant pour Poutine, est emprisonné à 5 000 kilomètres de Moscou.

par Lorraine MILLOT, envoyée spéciale, Krasnokamensk (Russie)

Le lever est déclaré», «Huitième division, au petit déjeuner», «Huitième division, à l'appel»... Depuis mi-octobre, Mikhaïl Borissovitch Khodorkovski, ancien homme le plus riche de Russie, vit dans une baraque-dortoir au rythme de ces appels, tellement sonores qu'on les entend jusqu'aux abords de la prison de Krasnokamensk. L'ancien roi du pétrole russe, qui avait osé défier Poutine et financer des partis d'opposition, a été envoyé à 5 000 kilomètres à l'est de Moscou, comme jadis les décabristes (1) puis les dissidents soviétiques étaient expédiés pour purger leur peine quelque part dans l'immense Sibérie. Pour un oeil occidental, cette colonie dénommée «Iag 14/10», dissimulée derrière des palissades cloutées de traviole, a l'air vraiment d'une fin du monde. Elle est située à la sortie d'une petite ville nouvelle de 68 000 habitants, posée dans la steppe depuis 1968 pour exploiter une mine d'uranium. En ce début novembre, il fait - 10° C au soleil, et d'ici à quelques semaines, il fera sans doute - 40° C. Des journalistes du magazine Russki Newsweek, qui se sont promenés aux abords de la prison avec un dosimètre, y ont relevé un taux de radioactivité montant jusqu'à 52 microroentgens par heure, quand le niveau maximum autorisé pour les zones habitables en Russie est de 25. Mikhaïl Khodorkovski doit purger ici une peine de huit ans de détention, officiellement pour fraude fiscale.

Les prisonniers «castés»

Pour les quelque 1 000 détenus, habitués au pire, cette «zone» de Krasnokamensk a pourtant la réputation d'une prison «plutôt correcte». «Les dortoirs sont bien chauffés, la nourriture est mangeable, il y a un club où l'on passe des films le samedi et une bania (le sauna russe, ndlr) où l'on va une fois par semaine, raconte un ancien détenu. Il y a aussi des vaches, des cochons, un cheval... On y cultive des choux, des pommes de terre, des betteraves», poursuit le même, qui, en son temps, s'était même délimité un petit potager pour faire pousser ses propres légumes. «Les gardiens ne sont pas trop mauvais, poursuit l'ancien détenu. Ils ne frappent qu'en cellule d'isolement, quand on est puni.» Comme dans toutes les prisons russes, le sort du détenu varie toutefois selon sa position dans la hiérarchie informelle de la «zone» : au sommet règne un kremlin, petit groupe de détenus qui commande les autres, répartit les colis reçus de l'extérieur et s'entend avec l'administration pour maintenir l'ordre. Viennent ensuite les blatniye, bandits assez influents pour se payer quelques extra, puis les moujiks, les hommes restés dignes même en prison, et, enfin, tout en bas, les opouchtchenniye (humiliés), qui servent d'esclaves à toute la colonie, font le ménage et satisfont les besoins sexuels des autres.


Dans cette hiérarchie, Mikhaïl Khodorkovski devrait sans trop de peine être reconnu comme «moujik», assure un ancien détenu. «Borissytch a été bien accueilli», confirme Dima (2), un autre ancien, qui ne désigne plus le nouveau détenu que par son patronyme. Devant nous, Dima prend son téléphone et fait la démonstration de ses bons contacts à l'intérieur de la prison : «Allo Sacha (2) ? Quelles nouvelles de notre Borissytch ?» Derrière les murs de la prison, son ami Sacha, condamné à plus de dix ans pour meurtre, décroche un téléphone portable qui lui a été passé en douce et répond : «Tout va bien, Borissytch est à l'atelier de couture. Il coud des moufles.» A l'intérieur de la prison, Dima a aussi fait passer un appareil photo, qui a permis de prendre les premiers clichés de Khodorkovski en tunique bleue de prisonnier.

Dès son transfert à Krasnokamensk, Mikhaïl Borissovitch Khodorkovski a été affecté à l'atelier de couture de la prison et se retrouve ainsi parmi les rares «privilégiés» de cette colonie à avoir un travail, payé une centaine de roubles par mois. «Il ne sait pas coudre, mais il a accepté», confirme son avocate locale, Natalia Terekhova, rousse très cassante, mais qui a la réputation d'être l'avouée la plus efficace de la petite ville. Khodorkovski, qui ne cache pas son ambition de devenir un jour président de la Russie, avait pourtant annoncé son intention de profiter de son séjour à Krasnokamensk pour écrire une thèse sur le fédéralisme russe. «Mais Poutine veut l'humilier en lui faisant coudre des moufles, interprète un ancien détenu. Et sans doute les dirigeants de la prison ont l'espoir qu'il finance de nouveaux équipements pour l'atelier s'il travaille là-bas.» Khodorkovski pourra se consacrer à ses études le soir et les week-ends, explique son avocate. Elle insiste : «Il est un détenu comme les autres, soumis au même régime que les autres», lever à 6 heures, couture de 9 à 17 heures, extinction des feux à 23 heures.

«S'il voulait...»

De fait, s'étonnent un peu ses codétenus, l'ancien patron de Ioukos semble s'efforcer de jouer les prisonniers ordinaires. «Il dort avec une soixantaine d'autres détenus. Il prend ses repas à la cantine, avec les autres, rapporte un ancien détenu. Alors que s'il voulait, il pourrait très bien déjeuner à part, comme le font les prisonniers les plus riches qui ne veulent pas manger dans les mêmes gamelles que les humiliés. Dans cette prison, il y a déjà eu des nouveaux riches qui se payaient le privilège de dormir à part, dans des chambres séparées.» En prison, tout s'achète, confirme un gardien : pour quelques centaines de roubles glissés aux matons, les détenus peuvent se procurer des bouteilles de vodka (100 roubles, soit 3 euros), un téléphone ou même la visite d'une prostituée. A ce jour, le principal luxe, légal, que s'octroie Khodorkovski est la visite quotidienne de son avocate, qui s'assure qu'il va bien et transmet les textes qu'il écrit contre les «parasites» au pouvoir.

«Khodorkovski est intelligent, il devrait savoir s'entendre avec l'administration de la prison pour se faire des conditions de survie acceptables», estime Natalia Folomouchkina, qui connaît bien cette prison pour y avoir travaillé de 1991 à 2001 comme chef de l'atelier de couture. Licenciée en 2001, elle accuse le directeur de la prison d'avoir voulu la forcer à signer sa démission et de l'avoir frappée, au point de lui causer une commotion cérébrale. Depuis, elle se bat contre ce directeur, mais la justice locale n'a jamais voulu enquêter sur son cas, malgré ses attestations d'hôpital.

«Je n'ai pu lui parler que vingt minutes, mais ça m'a suffi pour voir à quel point c'est un homme bon et fort», raconte le père Sergueï Taratoukhine, prêtre orthodoxe de la ville de Krasnokamensk, qui, tous les vendredis, vient prier avec les prisonniers qui le souhaitent. Ancien détenu lui-même, reclus de 1974 à 1978 pour avoir voulu fonder une organisation anticommuniste, Sergueï s'est pris de sympathie pour l'oligarque emprisonné, et l'a dit haut et fort. «Tant qu'il y a ici un prisonnier politique, je ne bénirai plus les bâtiments de la prison», a-t-il même lancé à la tête des fonctionnaires locaux. Pour cette audace, le père Sergueï a été convoqué par son évêque à Tchita, la capitale régionale, à neuf heures de route. «L'évêque m'a dit que je serai puni. Mais que la décision sera prise à Moscou», rapporte le père Sergueï, dans sa toute nouvelle église à sept bulbes dorés achevée cet été. Pour un mot en faveur de Khodorkovski, le père Sergueï risque, à 49 ans, de devoir abandonner cette belle église et peut-être même son sacerdoce. «A Krasnokamensk, personne ne me soutiendra. Depuis les répressions staliniennes, les Russes ont en eux le gène de la peur, dit-il, sans regret. Je pense que Dieu a voulu me tester. Il m'a envoyé Khodorkovski pour voir : allais-je me taire ou allais-je dénoncer son emprisonnement ? L'essentiel pour moi, c'est que je ne me suis pas tu. Ma conscience est propre.»

Prêt à tout perdre pour un mot en faveur de Khodorkovski, le père Sergueï est une sorte d'ovni dans cette petite ville de Krasnokamensk, qui vit plutôt dans la nostalgie de l'époque soviétique. «Pour notre ville, l'arrivée de Khodorkovski n'est pas un événement. C'est beaucoup moins important que lorsque Kobzon (chanteur populaire russe, ndlr) est venu chanter ici», observe la porte-parole de la mairie, montrant le journal local, intitulé «Gloire au travail», qui n'y a consacré qu'un article... pour dénoncer les «mètres carrés» consacrés à Khodorkovski par les médias et les «mensonges» des journalistes débarqués de Moscou. «Celui qui ne paie pas ses impôts trompe non seulement l'Etat, mais tous ses concitoyens», assène le maire de Krasnokamensk, Guerman Kolov, ancien communiste reconverti en «indépendant», signifiant par là que l'emprisonnement de Khodorkovski pour fraude fiscale lui semble justifié. «Grâce aux impôts que nous verse le combinat d'uranium, il y a l'eau chaude toute l'année à Krasnokamensk. Dans nos crèches, nous avons des piscines et même des serres où les enfants font pousser des mandarines, des citrons et des ananas.» Et les radiations qui émanent de la mine d'uranium, sont-elles mesurées quelque part ? «L'indicateur qui était sur la mairie s'est cassé l'an dernier. Il est en réparation, répond le maire. Mais le niveau habituel en ville est de 13 ou 14 microroentgens, bien moins que ce qui est autorisé. Il n'y a aucun danger pour la population.»

«Avec Staline, c'était plus simple»

Natacha N. (2), employée de la mine d'uranium, où elle travaille sans dosimètre, constate pourtant un nombre impressionnant de cancers parmi ses connaissances. «Le pire, c'est quand les gens quittent Krasnokamensk pour s'installer ailleurs, raconte-t-elle. Généralement, ils ne vivent pas plus de deux ou trois ans après leur départ.» Comme beaucoup ici, Natacha est convaincue qu'il ne faut pas partir, bien que rien n'étaye cette thèse : «Visiblement, l'organisme s'habitue ici à un niveau de radiations élevé et les gens tombent malades quand ils partent.» A l'hôpital, le cancérologue de garde assure que le nombre de cancers à Krasnokamensk est «normal», conforme à la moyenne russe.

Dans les rues glacées de Krasnokamensk, où les habitants se hâtent vers leurs HLM, rares sont ceux qui s'apitoient sur le sort du milliardaire emprisonné : «Du temps de Staline, on fusillait pour 100 000 roubles détournés, c'était plus simple», lance un grand-père souriant. «Ce n'est pas que Khodorkovski qu'il faut emprisonner, mais tous les autres aussi qui ont pillé la Russie ces dernières années », renchérit un autre. Preuve que dans ce cul-de-sac de la Russie, on peut aussi entendre quelques voix divergentes, comme ce jeune ingénieur : «Il a voulu se battre contre la corruption, c'est pour ça qu'on l'a arrêté. Khodorkovski, moi, je l'admire.»

(1) Officiers et aristocrates libéraux déportés en Sibérie pour avoir tenté un soulèvement contre le tsar, en décembre 1825.

(2) Les prénoms ont été modifiés pour protéger ces témoins.

Libération, 16.11.2005
Publié à 00:47 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Edicom : Violente charge de Khodorkovski contre Po...

Le Figaro : Le prisonnier de Sibérie qui défie Mos...

A. Glucksmann : Khodorkovski prisonnier de la "ver...

Le Monde : L'ex-oligarque Khodorkovski a été trans...

Le Nouvel Obs : Khodorkovski détenu dans un camp r...

Acharnement sadique

Le Monde : Mikhaïl Khodorkovski est transféré en S...

Le Nouvel Obs: Mikhaïl Khodorkovski emprisonné en ...

Toujours aucune nouvelle officielle

RIA Novosti - La Cour d'arbitrage confirme la déci...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs