Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
14.10.04

Le Monde : Le pouvoir russe donne le signal du démembrement du géant pétrolier Ioukos

Le ministère de la justice a annoncé la vente des principaux actifs du groupe pour combler sa dette fiscale. Le Kremlin entame ainsi une vaste réorganisation du secteur des hydrocarbures.

La première compagnie pétrolière russe, Ioukos, depuis plus d'un an sous les tirs croisés de la justice, a cette fois perdu toute marge de manœuvre dans le règlement de son énorme dette fiscale. Mardi 12 octobre, le ministère russe de la justice a annoncé la mise en vente des actifs de sa principale filiale de production, Iouganskneftegaz.

En touchant au "joyau" de Ioukos, la justice donne le signal d'un dépeçage depuis longtemps redouté par la compagnie, liquidant la dette... et le groupe.

Officiellement, c'est le "rythme des remboursements" qui est en cause. Selon le communiqué du ministère de la justice, "les délais de remboursement de la dette ayant été dépassés sans justification, le ministère a décidé de vendre une partie des actifs de Iouganskneftegaz". Depuis un an, le groupe s'est trouvé confronté à plusieurs difficultés : refus de la justice des propositions d'autres consortiums pour payer la dette de Ioukos, gel des comptes et saisie des actifs fin août 2004. Ioukos a maintenant dix jours pour protester contre cette décision de l'Etat russe, qui mettrait concrètement un terme à son rang de premier groupe pétrolier du pays.

En choisissant la compagnie Iouganskneftegaz, la justice touche à une partie vitale du groupe : la filiale réalise 62 % des extractions de pétrole effectuées par Ioukos. "La dette de Ioukos représente 3,73 milliards de dollars, et la valeur de Iouganskneftegaz est, selon la banque chargée de l'estimation, de 10,4 milliards de dollars", a expliqué le chef du département moscovite du ministère de la justice, Alexandre Bouksman, cité par l'agence Interfax et l'AFP.

"RISQUES ÉLEVÉS"

L'estimation de la filiale a provoqué l'étonnement de certains analystes : elle est nettement inférieure à celle évoquée ces dernières semaines dans la presse, y compris par la Dresdner Kleinwort Wassertein, chargée de l'estimation, ou le vice-ministre de l'énergie, Ivan Materov. Jusqu'à présent, le montant oscillait entre 15 et 17,4 milliards de dollars. L'Etat a expliqué avoir pris en compte les "risques élevés pour l'acheteur potentiel". Deux événements pourraient aussi avoir fait baisser le prix : la confirmation par la justice d'une requête du fisc contre Iouganskneftegaz, et la menace du retrait de la licence d'extraction.

Mais les analystes n'écartent pas une nouvelle manœuvre de l'Etat. "D'après la loi, le revenu tiré de la vente des actifs doit rembourser la dette, et le surplus doit être remis à Ioukos. Mais on peut craindre qu'au moment de la vente le fisc finisse par trouver de nouveaux arriérés d'impôts... dont le montant corresponde parfaitement à la somme restante", prévient Albert Eganian, partenaire au sein de la compagnie juridique Vegas-Leks.

S'exprimant dans l'après-midi sur la radio Echo de Moscou, Alexandre Chadrine, porte-parole du groupe, disait n'avoir reçu ni évaluation de la banque ni décision du ministère de la justice. La Bourse de Moscou a réagi en interrompant les transactions de Ioukos après une chute du titre de plus de 10 %.

En attendant la vente aux enchères, que devrait orchestrer le Fonds des propriétés d'Etat "avant fin novembre", les spéculations continuent sur les acquéreurs potentiels de Iouganskneftegaz. Plusieurs fois, le président Vladimir Poutine avait déclaré qu'il ne s'agissait pas d'une nationalisation dissimulée. Pourtant, le géant gazier Gazprom, qui entend fusionner avec le pétrolier Rosneft, serait en mesure de racheter les actifs pour devenir un monstre public des hydrocarbures. Sourgoutneftegaz, Loukoil (numéro 2 du pétrole russe), TNK-BP (numéro 3) pourraient aussi se montrer intéressés.

Le 4 octobre, dans un article du quotidien Gazeta intitulé "Personne ne veut de Iougansneftgaz", ces compagnies déclaraient, certes, ne pas être prêtes et refusaient de prendre part à une vente aux enchères. Mais, selon l'analyste financier Maxime Cheîne, cité par l'agence d'information Lenta.ru, Sourgoutneftegaz, compagnie considérée proche du pouvoir, envisage de se porter candidate à certains gisements exploités par Iouganskneftegaz et qui sont situés proches des siens.

Mais, plus que géographique, la question est politique. "Ioukos ne peut pas gagner pour la bonne raison que l'Etat ne peut pas perdre. Le gouvernement a décidé de liquider la dette de Ioukos au moyen de Iouganskneftegaz. Si cette dette est entièrement couverte, alors le gouvernement aura les moyens de mener une stratégie sur le long terme", indique Kajus Rapanou, analyste au sein de la compagnie financière Ouralsib et qui considère que l'acheteur devra d'abord aligner sa politique sur celle de l'Etat. "Entre le gouvernement et Ioukos, ajoute-t-il, c'est un conflit stratégique pour la domination du secteur. Poutine veut faire de la Russie une nouvelle Arabie saoudite et avoir un rôle dans l'établissement du prix du pétrole."

Madeleine Vatel, Moscou.
(Lu dans Le Monde)
Publié à 21:40 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Iouganskneftegaz (Ioukos) vaut entre 14,7 et 17,3 ...

Un petit dessin vaut mieux qu'un long discours...

Comment brader Iouganskneftegaz (suite)?

Libération : Moscou compte vendre Iougansk

Le cri d'alarme d'Illarionov

Comment brader Iouganskneftegaz ?

Le poker-menteur du ministre des finances

Comme c'est bien dit !!!

Retour

Libération : Le procès Ioukos s'éternise en Russie...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs