Au jour le jour Historique Biographie Déclarations Soutien & Contact
14.12.04

Challenge : Danse autour de l’or noir sibérien

La Russie s’annonce comme la grande puissance pétrolière et gazière de demain. Quelles compagnies en profiteront ? Poutine en décidera.


Au milieu des années 90, la ville de Nefteyougansk, sur les rives de l’Ob, majestueux fleuve sibérien qui va se perdre à 1 000 kilomètres plus au nord, était presque condamnée à disparaître. Créée de toutes pièces au milieu des années 60, elle était une sorte de Koweït City du Grand Nord, régnant sur l’un des plus importants gisements d’or noir de Russie, le champ de Priobskoye. Avec elle, tous les autres grands centres d’exploitation pétroliers russes étaient à la dérive. La Russie « puissance pétrolière » était en voie de disparition. Les équipements n’avaient pas connu le moindre investissement depuis vingt ou trente ans. Le pétrole s’échappait de tuyaux rompus, de derricks branlants. Au printemps, quand la neige se retirait, on pataugeait dans de véritables marécages de brut. Dirigeants désabusés, techniciens démotivés, ouvriers désenchantés, absentéisme, vols en tout genre étaient en train de mettre à bas ce secteur qui faisait pourtant, quelques années auparavant, la fierté de l’URSS. Entre 1987 et 1998, la production de brut est ainsi passée de 12 à 4,5 millions de barils par jour. Une véritable catastrophe industrielle.
Moins d’une décennie plus tard, Nefteyougansk a retrouvé une nouvelle jeunesse. La ville s’est transformée. Elle est redevenue la « perle » sibérienne de la production de brut. Elle abrite la société Iouganskneftegas, la plus importante filiale de Ioukos, la compagnie créée par Mikhaïl Khodorkovski en 1995. C’est dans cette ville sibérienne que « l’homme le plus riche de Russie » a bâti sa fortune. Et c’est ce même Iouganskneftegas que le milliardaire russe, actuellement en prison, va perdre, puisque la compagnie sera cédée aux enchères le 19 décembre 2004. Ainsi, d’un seul coup de marteau, c’est environ 1 % de l’offre mondiale de pétrole brut, et 12 % de la production russe, qui va changer de mains…

Passé glorieux. L’histoire de la renaissance pétrolière de la Russie et de la lutte pour maîtriser ce nouvel or noir est l’une des plus étonnantes d’une industrie qui ne manque pourtant pas de légendes. Ses réserves de pétrole sont évaluées aujourd’hui dans une fourchette de 6 à 12 % des réserves mondiales. Ses réserves de gaz atteignent 26 % des réserves mondiales. Le rythme actuel de production est de l’ordre de 9 millions de barils par jour, 50 % de plus qu’en 1998 et à peu près au niveau de ce qu’elle était en 1991. En quelques années, la Russie est redevenue une puissance pétrolière et gazière de premier plan. Ses recettes d’exportation sont constituées à 60 % de ventes de produits énergétiques, ses finances publiques ont été totalement assainies depuis la crise de 1998 grâce à l’augmentation du cours du brut, et son taux de croissance (entre 7 et 8 % cette année) dépend pour les deux tiers du prix du baril. La Russie renoue ainsi avec les épisodes les plus glorieux de son passé pétrolier.
En 1900, grâce aux champs de Bakou, en Azerbaïdjan, le pays était premier producteur mondial. Au début des années 50, il pointe au deuxième rang derrière les Etats-Unis grâce aux gisements découverts dans l’Oural et en Asie centrale, avant que la mise en valeur des immenses réserves de Sibérie occidentale n’assure à l’URSS les ressources financières dont elle avait besoin pour développer ses industries de défense.

Restructuration oligarchique. Ce redressement n’est évidemment pas dû à un miracle, mais à une profonde restructuration. Car, à partir de 1995, le pétrole russe devient l’affaire des « oligarques », cette classe de nouveaux entrepreneurs qui ont bâti leur fortune grâce aux privatisations massives entreprises par Boris Eltsine. Leur prise de pouvoir a commencé à porter ses fruits au tournant du siècle. Les oligarques achètent des compétences à l’étranger, embauchent des dirigeants et ingénieurs américains pour réorganiser les compagnies, font appel aux multinationales de l’ingénierie pétrolière. Schlumberger et Halliburton réunissent en Russie des équipes de plusieurs milliers de personnes et les expédient par avions complets sur les grands champs de production.
Les résultats ne se font pas attendre : entre 2000 et 2003, la production s’élève de 320 à 380 millions de tonnes par an. Les investissements dans l’exploration-production passent de 3 milliards de dollars en 1999 à 9 milliards en 2003, ce qui néanmoins est relativement faible encore par rapport aux besoins réels. A titre de comparaison, le seul Total va investir presque 10 milliards de dollars cette année dans l’exploration-production.
Dans le même temps, les grandes compagnies russes s’efforcent aussi de s’organiser sur le modèle des majors internationales, et leurs dirigeants parviennent à la célébrité mondiale, notamment dans les classements des plus grandes fortunes. Le plus fort à ce jeu est sans conteste Mikhaïl Khodorkovski, fondateur de la banque Menatep, créateur de Ioukos, qui promène sa silhouette juvénile dans tout ce que le monde compte de forums économiques internationaux, et qui devient progressivement l’enfant chéri de l’administration américaine.
Car l’industrie pétrolière russe a aussi bénéficié d’un événement inattendu et dramatique : les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Ils provoquent à Washington de sérieuses réflexions sur la diversification des approvisionnements pétroliers et incitent la Maison-Blanche à se rapprocher de la Russie. Les sommets énergétiques se multiplient entre les deux puissances, au cours desquels George W. Bush et Vladimir Poutine lancent l’idée d’une grande alliance. L’année 2003 va constituer l’apogée de cette renaissance du pétrole russe avec l’entrée de British Petroleum dans le capital de TNK, à hauteur de 50 %, à ce jour l’investissement étranger le plus important jamais réalisé en Russie (près de 7 milliards de dollars). Mais cette même année, l’arrestation, le 25 octobre, de Mikhaïl Khodorkovski marque une rupture de la stratégie du pouvoir russe dans la gestion de ses ressources énergétiques.

« Verticale de l’énergie. » Car dans le bureau de Vladimir Poutine, au Kremlin, on parle beaucoup de pétrole, dès son accession à la présidence de la Fédération de Russie, en décembre 1999. Poutine n’aime pas les oligarques, ces derniers le lui rendent bien. Autour du Président, des hommes nouveaux, principalement issus des organes de sécurité, montent en puissance et commencent à élaborer la fameuse théorie de la « verticale du pouvoir » (celle qui doit rétablir l’autorité dans le pays), qui conduit tout droit à la « verticale de l’énergie ». Ils enragent de voir ces oligarques honnis étaler leur fortune et étendre leur pouvoir. Vladimir Poutine écoute ses anciens camarades du KGB, s’agace des ambitions de Khodorkovski, qui envisage déjà de vendre à Chevron-Texaco ou à Exxon-Mobil la moitié du nouveau Ioukos fusionné avec Sibneft pour 30 ou 40 milliards de dollars. Le samedi 25 octobre 2003 à 5 heures du matin, lorsqu’il est arrêté par les forces spéciales sur l’aéroport de Novossibirsk, en Sibérie, la messe est dite. Les anciens du KGB l’ont emporté sur les golden boys et la « verticale de l’énergie » est en marche.
Un an plus tard, Mikhaïl Khodorkovski est toujours en prison, et l’affaire Ioukos est en voie de résolution, si l’on peut dire. Incapable de régler les arriérés d’impôts que l’administration russe exige, la compagnie pétrolière va voir lui échapper son principal actif, Iouganskneftegas, « saisi » avant sa vente aux enchères du 19 décembre. Mise à prix : 8,5 milliards de dollars, soit à peine la moitié de sa valeur réelle. Et à qui va échoir la filiale de Ioukos ? « La seule chose dont nous soyons certains, c’est qu’aucune compagnie étrangère ne sera autorisée à s’approcher de Iouganskneftegas, dit l’analyste pétrolier d’une grande banque d’affaires à Moscou. Les actifs de Ioukos iront à des compagnies russes dûment choisies par le Kremlin. »

Gazprom, nouveau géant d’Etat. Et c’est bien sûr Gazprom, premier groupe gazier russe, aujourd’hui entre des mains amies de Poutine, qui fait figure de favori, après s’être déclaré candidat au rachat de Iouganskneftegas le 30 novembre. Voilà comment la « verticale de l’énergie » aura fait naître un nouveau géant des hydrocarbures, dont la capacité de production de brut approcherait celle du Nigeria ! Car le Kremlin a prévu de s’assurer de la maîtrise de Gazprom, la participation de l’Etat dans le capital du géant gazier devant être portée à plus de 50 % via une habile fusion avec Rosneft. En constituant une compagnie d’Etat sur le modèle de l’Aramco en Arabie saoudite, Vladimir Poutine aura réussi dans son projet de concentrer les pouvoirs énergétiques au sein de structures dirigées par des hommes « sûrs », fermant ainsi la page des années Eltsine.
Quelle sera la place des compagnies étrangères dans ce nouveau paysage ? Celle que leur laissera le Kremlin. El les ne sont pas écartées du secteur énergétique, ne serait-ce que pour des raisons économiques. « Il faudrait investir au moins 35 milliards de dollars par an dans les vingt prochaines années pour maintenir le rythme actuel de la production, alors que nous n’en sommes même pas à la moitié de ce chiffre », dit le patron d’une major étrangère à Moscou. Il y a donc urgence, dans l’exploration-production, mais aussi dans les infrastructures de transport (le réseau de pipe-lines atteint la saturation sur certains grands axes) et les unités de liquéfaction de gaz sur lesquelles la Russie compte.
Certes, l’épisode Ioukos a semé le trouble chez les pétroliers mondiaux. Mais les réserves russes de pétrole et de gaz exercent sur eux un attrait irrésistible. Ces derniers mois, des opérations importantes ont signé leur retour à Moscou.
Total est sur le point de finaliser ses discussions avec le producteur de gaz Novatek, dont il va acquérir 25 % du capital pour environ 1 milliard de dollars. Dans la même région de Tioumen ( lire l’encadré ci-contre ), le pétrolier français détient 50 % du champ de Kharyaga au titre d’un des rares accords de partage de la production jamais signés en Russie. Et il a annoncé publiquement son intention d’accroître ses investissements, probablement aux alentours de 2 milliards de dollars. Le groupe américain ConocoPhilips a acquis à la fin du mois de septembre, pour 2 milliards de dollars, 7,6 % du capital de Loukoil, mis aux enchères par l’Etat. Chevron-Texaco et Gazprom viennent de signer un accord de coopération pour développer l’immense gisement gazier de Shtokman, dans la zone arctique, un champ qui intéresse aussi Shell et BP-TNK…

Gisements à prospecter. Sur le papier, la Russie s’annonce bien comme la puissance pétrolière et gazière de demain. Il reste d’immenses gisements à explorer, notamment en Sibérie et dans le Grand Nord. L’Europe, les Etats-Unis et la Chine ont un besoin urgent du pétrole et du gaz russes. Mais aucun grand projet, aucun investissement majeur, aucune acquisition ne pourra se décider sans l’imprimatur des hommes de Gazprom et du Kremlin. C’est ce signal que Vladimir Poutine a voulu donner aux majors du pétrole en mettant Mikhaïl Khodorkovski derrière les barreaux. Il a été capté cinq sur cinq…

François Roche

Les étrangers

Thierry Desmarest, PDG de Total. Cet expert du Moyen-Orient et de l’Algérie a toujours été circonspect vis-à-vis de la Russie, préférant la politique des petits pasà celle des « coups » spectaculaires. Il va toutefois plonger dans le marigot en prenant 25 % d’une compagnie locale, Novatek.

James Mulva, CEO de ConocoPhilips, a racheté la part de l’Etat dans Loukoil.Il a beaucoup donné de sa personne pour emporter l’affaire.Une rencontre,l’été dernier, avec Vladimir Poutine,sur les bords dela mer Noire a permis de conclure le deal.

Andrew Gould, PDG de Schlumberger, a fait de la Russieun nouvel eldorado, où 4 500 des salariés du groupe de service pétrolier travaillent. Chaque année depuis 2001, le chiffre d’affaires etles profits de « Schlum » y progressent de 30 %.


Les Russes

Mikhaïl Khodorkovski, ancien président de Ioukos. Jeune prodige de la finance avant de s’intéresser au pétrole, il est en prison depuisplus d’un an. Ses ambitions politiques, son aura mondiale trop flamboyante et son inimitié bruyante pour Vladimir Poutine auront causé sa perte.

Alexeï Miller, président de Gazprom. Il incarne la nouvelle garde poutinienne de l’énergie et règne sur une entreprise très proche du Kremlin.Il est candidat au rachat de Iouganskneftegas, le principal actif de Ioukos, la compagnie de Mikhaïl Khodorkovski.

Viktor Sechin, chef adjoint de l’administration présidentielle et nouveau président de Rosneft . Ami de Poutine, natif comme lui de Saint-Pétersbourg, il œuvre à la fusion de Rosneft avec Gazprom pour assurer le contrôle de la « verticale de l’énergie » sur le pétrole russe.

(Challenge, décembre 2004)
Publié à 01:09 Edit
Lien permanent |

Derniers développements

Pourquoi l'Observatoire?


L'arrestation du PDG de la compagnie pétrolière russe YUKOS Mikhail Khodorkovsky marque un tournant important dans l'histoire de la Russie contemporaine. Incarcéré le 25 octobre 2003, il a été condamné à l'issue d'un procès inquisitorial à huit ans de camp de travail.



M. Khodorkovsky durant son procès


Son directeur financier, Platon Lebedev, a reçu la même peine. La dureté de ce traitement, disproportionnée par rapport aux faits qui leur sont reprochés, laisse supposer des motifs politiques dans l'affaire YUKOS : Mikhail Khodorkovsky est en effet connu pour ses convictions libérales et pour le soutien financier qu'il a apporté aux partis d'opposition lors des dernières élections.
Parallèlement, la compagnie YUKOS dont il était également le principal actionnaire a été soumise à des redressements fiscaux successifs toujours plus exorbitants, qui ont servi de prétexte à confiscation de la plupart des actifs de la société.
Pour tenter de pallier un certain déficit d'information en langue française, je me propose de donner - dans la mesure de mon temps disponible - une couverture au jour le jour de ce qui est perçu en Russie comme "le procès du siècle".

L'Observatrice



Recherche sur le site:

Articles précédents


Libération : Sursaut de l'opposition en Russie

AFP : Les actionnaires de Ioukos menacent de pours...

Reuters : Trois candidats à l'achat de Iougansk (I...

Novosti : Le Parquet général de Russie rejette les...

AFP : Ioukos dénonce une "terreur stalinienne" con...

OFF TOPIC, l'affaire Ioukos secoue la justice suis...

AFP : La mise aux enchères de Ioukos est "illégale...

AFP : Gazprom va emprunter 10 mds EUR pour rachete...

AFP : Feu vert du Conseil d'administration de Gazp...

ATS : Moscou: une responsable de Ioukos a été arrê...



Consultez les derniers développements de l'affaire...

Archives:


août 2003
octobre 2003
novembre 2003
décembre 2003
janvier 2004
mai 2004
juin 2004
juillet 2004
août 2004
septembre 2004
octobre 2004
novembre 2004
décembre 2004
janvier 2005
février 2005
avril 2005
mai 2005
juin 2005
août 2005
septembre 2005
octobre 2005
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
octobre 2006
décembre 2006
janvier 2007
janvier 2008
février 2008
juin 2008
septembre 2008
octobre 2008
décembre 2008
février 2009
mars 2009
juin 2010
novembre 2010
octobre 2011
décembre 2011
janvier 2012
mars 2012



L'affaire Yukos sur Internet


Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky
Centre de Presse de Mikhail Khodorkovsky (en anglais et en russe)

Centre de presse de Platon Lebedev
Centre de presse de Platon Lebedev en anglais et en russe

SOVEST - Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky
Groupe "SOVEST" ("Conscience" en russe) : Groupe de soutien à Mikhail Khodorkovsky (en français)

The Mikhail Khodorkovsky Society
The Mikhail Khodorkovsky Society (blog anglophone)

Yukos Shareholders Coalition
Coalition des actionnaires de Yukos pour poursuivre en justice le gouvernement russe (anglais)

Dossier du journal Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos
Dossier du journal d'opposition Novaya Gazeta sur l'affaire Yukos (en russe)

Fond Mission libérale
Excellent site du Fond "Mission libérale" (en russe). Sur l'affaire Yukos et, beaucoup plus largement, sur le libéralisme en Russie

Bibliographie


Je vous propose une sélection de documents en français, anglais ou russe


Sur le procès et l'affaire Yukos

Patrick Klugman : En défense de Mikhail Khodorkovski

André Gluksmann : Mikhail Khodorkovski prisonnier de la verticale du pouvoir

Film BBC "Russian Godfathers 2: The Prisoner" (Youtube, en 6 parties)

Rapport d'experts étrangers sur le déroulement du procès (eng, .pdf, 81 KB)

Analyse des accusations par les avocats de la défense (eng, .pdf, 153 KB)

Sur Mikhail Khodorkovsky

"Le roi du pétrôle piégé par ses ambitions", Hélène Depic-Popovic, Libération, 27.10.2003

"La mutation d'un oligarque", Nathalie Nougayrède, Le Monde, 21.11.2003

"A falling Tsar", Chrystia Freeland, The Financial Times, 01.11. 03 (eng)

"Yukos, a Case Study" by Konstantin Korotov, Stanislav Shekshnia, Elizabeth Florent-Treacy and Manfred Kets de Vries, (eng, .pdf, 589 KB)

L'affaire Yukos dans :


  • Yahoo! News
  • Google News

    Presse sur internet

    En anglais

  • The Moscow News
  • Gazeta.ru - International Edition
  • The Moscow Times

    En russe

  • Московские Новости
  • Газета.ру
  • Новая Газета
  • Коммерсант
  • Известия
  • Ведомости
  • Независимая Газета
  • Еженедельный Журнал
  • NewsRu
  • Лента.ру
  • Денты.ру
  • РБК

    Radios


  • Эхо Москвы
  • Радио Свобода

  • Placer ma bannière


    Observatoire de l'affaire Yusko et du proces Khodorkovsky

    Remerciements


    Powered by Blogger

    Recherche par Google

    Compteurs